Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

22e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Merouane invite Farida à déjeuner. Il voulait faire la paix et tirer un trait sur ce qui s’était passé le week-end précédent, mais leur conversation vire du mauvais côté. La jeune femme ne comptait pas se laisser intimider.

Il retient son bras et l’oblige à se rasseoir.
-Ne nous donne pas en spectacle, nous ne sommes pas seuls dans ce restaurant.
Elle allait répliquer, lorsque son portable se met à sonner. C’était sa secrétaire qui lui annonçait que le PDG réclamait un compte rendu détaillé de ses derniers déplacements dans le sud du pays, afin de fignoler la prochaine mission.
Elle raccroche et jette un coup d’œil nerveux à sa montre-bracelet, avant de revenir vers Merouane.
-On me réclame au bureau, je ne peux pas trop tarder.
-Commandons un dessert, ensuite je te déposerai.
-Je n’ai pas envie de prendre un dessert.
-Alors prenons des cafés.
Le ton insistant de son fiancé la pousse à accepter sa proposition. Ils prennent leurs cafés silencieusement, puis quittent le restaurant.
Merouane la déposera une demi-heure plus tard devant le siège de son entreprise.
-Madame est  arrivée.
-Oui, je vois. Merci. Merci pour le déjeuner aussi.
Il secoue la tête.
-On dirait que tu t’adresses à un étranger, et non pas à ton fiancé.
-Oh ! S’il te plaît, Merouane, arrête avec tes balivernes. Tu vois bien que j’occupe un poste de responsabilité qui exige beaucoup d’efforts et de savoir-faire. Je n’ai pas du tout l’esprit à écouter tes niaiseries.
-Des niaiseries ! Eh bien, merci.
Elle saute du véhicule, puis se penche pour lancer :
-Merouane, tu ferais mieux de rejoindre ton poste de travail. Il faut savoir qu’un responsable consciencieux est bien celui qui répond à l’appel du devoir dès qu’on le sollicite.
Sans lui laisser le temps de répliquer, elle s’éloigne en faisant claquer ses talons sur le pavé en marbre, l’orée de son entreprise. Finalement ce déjeuner n’avait rien arrangé entre eux !
L’esprit en ébullition, elle rejoint son bureau. Quelques dossiers attendaient son approbation avant d’être traités par ses subalternes. Elle y jette un coup d’œil hâtif, puis les remet à sa secrétaire, avant de se mettre un rédiger un nouveau compte rendu détaillé sur sa précédente mission dans le sud du pays.
Le PDG exigeait souvent de son personnel des précisions sur leurs multiples tâches, en particulier lorsqu’il s’agissait de missions spéciales qui mettaient l’entreprise devant de véritables défis.
Farida termine son écrit et signe son document, avant de se lever. On était au milieu de l’après- midi, et elle aura juste le temps de remettre son travail et d’attendre d’autres instructions de ses supérieurs, avant de quitter les lieux. Dans deux jours, elle repartira dans le sud du pays. À cette perspective, elle se sentit moins nerveuse. Merouane aura beau insister, elle ne cédera pas à ses caprices. Le mariage, les enfants, la famille. Autant de corvées à éloigner au maximum de son emploi du temps actuel. Elle aimait son travail, et ses nombreux déplacements à travers le pays lui procuraient une joie indescriptible. Étudiante, elle avait rêvé de voyager et de découvrir des contrées lointaines. Et maintenant son boulot lui permettait de mieux connaître son pays.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER