Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

24e partie

Résumé : Malgré ses différends avec sa belle-mère, Fettouma retrouve un peu de sérénité auprès de Mahmoud qui savait chaque fois la rassurer et lui rendre le sourire. Un soir, il lui apprendra que son père allait acheter la grande maison.

 

Mahmoud hoche la tête :
-Oui… Le propriétaire s’est présenté, hier, à nos magasins pour en discuter avec mon père. Par les temps qui courent, les gens n’arrivent plus à joindre les bouts, et même les grands commerçants y perdent leur latin.    
Fettouma se redresse :
-Tu veux dire que Si Lakhdar le propriétaire de la maison va battre en retraite et quitter le quartier ?
-Oui, il ira rejoindre son fils en France. Son commerce d’épices ne marche plus aussi bien qu’auparavant, et il se fait trop vieux pour courir les contrées lointaines, à la recherche des denrées qu’on ne trouve plus à côté.
-Mais pourquoi voulait-il vendre la maison ?
-Eh bien, parce qu’il ne pense plus revenir au pays. Il va terminer ses jours chez son fils. Et comme il n’a plus personne à qui confier ses affaires, il a préféré les liquider.
-Et c’est ton père qui va racheter les magasins de Si Lakhdar, et cette maison.
Mahmoud hoche la tête :
-Oui, il m’a proposé de m’occuper des magasins… Je vais peut-être changer de commerce.
-Que feras-tu ? Depuis ta tendre enfance à ce jour, tu n’as connu que le commerce de tissus.
Mahmoud rit et relève une mèche qui barrait le front de Fettouma :
-Tu ne connais absolument rien au commerce, ma chère épouse. Rien n’est différent, mais tout est question de négociations. Les affaires peuvent marcher durant des décennies, puis tout d’un coup flancher… Il faut donc savoir prendre le taureau par les cornes à temps, afin d’éviter la faillite.
-Que vas-tu proposer ?
-Je ne sais pas encore. Mon père veut qu’on se lance dans les fruits secs et les huiles… Je pourrai peut-être rajouter à la longue, une autre activité.
-Oui, tu pourras vendre de la laine, des couvertures…
Mahmoud se met à rire :
-Tu mélanges tout ma chère Fettouma… Je ne peux absolument pas faire dans l’alimentation et la laine en même temps.
Il sourit avant de poursuivre :
-Je proposerais plutôt la confiserie. Cela rimera bien avec les fruits secs.
-Hum… Je vois que tu as déjà tout planifié. Et la bâtisse ?
-Quoi, la bâtisse ?
-Tu disais que c’est ton père qui va la racheter.
-Oui, où est le problème ?
-Je veux juste savoir, où iront les autres locataires, mes parents, les voisins...
Mahmoud ébauche un sourire :
-Fettouma tu exagères… Personne n’ira nulle part… Nous laisserons tout ça aux soins de mon père. Mais sache tout de même qu’il n’est pas prêt à changer les mœurs. Tout restera tel quel. Il y a juste le titre de propriété qui sera changé.


(À  SUIVRE)
Y. H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER