Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

25e partie

Résumé : Durant leur conversation, Mahmoud avoue à Fettouma que le propriétaire de la maison allait aussi leur vendre ses magasins, car il comptait émigrer ailleurs. La jeune femme s’inquiètera pour les locataires. Mais son mari la rassure. Rien ne changera.

Fettouma pousse un soupir de soulagement qui n’échappa point à Mahmoud :
-Mais qu’appréhendais-tu donc ?
Son épouse ferme les yeux :
-Je pensais à ma mère et à mon père. S’ils devaient quitter les lieux, je ne les aurais plus auprès de moi.
-Détrompes-toi donc. Tes parents resteront parmi nous, quoi qu’il advienne.
-Tu me rassures Mahmoud. Mais avec ta mère sur les lieux, les choses ne seront plus aisées pour les voisines.
Mahmoud rit :
-Tu penses déjà à tout ça.
-Oui… je connais que trop Lla Kheira. Elle ne ratera aucune occasion pour frimer devant les autres et démontrer que c’est elle la patronne des lieux.
Le jeune homme rit encore :
-Ah les femmes ! Toujours à l’affût du moindre mouvement.
 Il s’étire :
-Nous avons encore du temps devant nous pour reparler de toutes ces futilités plus tard. Moi, je sais une chose : mon père saura gérer ses affaires avec abnégation. C’est un homme juste et honnête, qui n’aime ni les dépassements, ni la pression.    
Fettouma soupire encore :
-Oui, mais tout de même, j’ai un peu peur.
-Mais de quoi donc ma chérie ?
-De tout. De notre avenir, de l’avenir de notre maison…
-Arrête donc avec tes balivernes. Rien ne changera, ça je te le
promets.
Quelques jours plus tard, les locataires apprirent que la bâtisse avait changé de propriétaire. Quelques-uns furent contrariés à la pensée de devoir quitter la grande maison.
Mais Si Tayeb rassura tout le monde. À part le bout de papier qui le désignait désormais comme propriétaire, rien ne changera. Et aucun locataire ne sera contraint de quitter les lieux, sans sa propre volonté.
À cette perspective, les voisins sont soulagés.
On connaissait Si Tayeb et son grand sens des responsabilités et surtout sa sagacité. Les chefs de famille se présentèrent chez lui pour le congratuler et il recevra tous ses voisins, avec sa modestie habituelle.
Cependant, Lla Kheira exploitera cette occasion pour démontrer davantage son autorité, et son vocabulaire deviendra  plus belliqueux que jamais.
Elle démontra dès le lendemain aux voisines, que dorénavant, rien ne pourra se faire sans son consentement.
Elle était la maîtresse des lieux. Aucune femme ne viendra rincer son linge dans la cour, ou puiser de l’eau dans le puits, sans sa permission.
Ayant ainsi mis tout son monde au pied du mur, elle passera toute une journée à inspecter chaque recoin de la maison, et ne se gêna point pour malmener ses anciennes voisines, qui désormais seront ses locataires, en relevant certains indices passés inaperçus jusque-là.
Chez l’une, c’est le plafond qui tombe en ruine parce qu’il n’y a pas d’entretien, chez l’autre, c’est les fenêtres qui ne ferment pas bien, chez une autre encore, c’est la porte d’entrée qui a besoin d’un coup de peinture, etc.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER