Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

27e partie

Résumé : Après avoir tenu un discours sévère et averti toutes les voisines, Lla Kheira revint chez elle où elle retrouve sa bru et ne ratera pas cette fois-ci encore l’occasion de lui faire des reproches. Fettouma se sentit mal tout d’un coup et perdit connaissance.

 

Lla Kheira laisse tomber le flacon d’eau de rose.
-Ah, que dis-tu ?
-Elle est enceinte, elle vient de le prouver.
Les voisines rient.
-Je sais reconnaître les premiers symptômes d’une grossesse. Et je me trompe rarement.
Fettouma est ébahie. Il est vrai que ces derniers jours, elle ne se sentait pas trop bien. Elle avait déjà eu un malaise la veille, mais comme cela était passé inaperçu, elle avait mis son malaise sur le compte de la chaleur et de la fatigue.
-Veux-tu que je te dise, Lla Kheira, poursuit la voisine, tu n’auras qu’à l’emmener chez Lla Taos, l’accoucheuse, elle saura te confirmer ce que je viens de dire.
Lla Kheira prend son air hautain.
-Je sais ce que je dois faire. Personne ne me dictera ma conduite.
Elle s’adresse à sa bru d’un air autoritaire.
-Allez, lève-toi pour t’habiller, nous irons chez Lla Taos dans un moment.
Une voisine s’insurge.
-Mais elle est encore trop faible pour se lever tout de suite. Donne-lui au moins le temps de
récupérer.
-C’est ça. Il lui faut du temps.
Elle pousse un soupir.
-Et que devrais-je faire encore, lui chanter une berceuse pour l’endormir ?
La première voisine intervient.
-Lla Kheira, il fait trop chaud à l’extérieur pour Fettouma. Tu devrais attendre la fin de l’après-midi pour sortir.
-Je sais ce que je dois faire. Gardez vos conseils pour vous.
Elle se retourne vers sa belle-fille et poursuit :
-Toi, tu as intérêt à bien te tenir. Je n’irais pas par quatre chemins pour rapporter à ton mari que tu as ameuté tout le voisinage.
Fettouma allait riposter, mais une autre nausée lui soulève le cœur. Une voisine s’empresse de ramener un seau, où elle vomira tous ses boyaux.
Lla Kheira, les deux mains sur les hanches, intervient :
-Sortez toutes d’ici. Cette petite chipie est en train de vous mener à la baguette, et vous êtes aux petits soins avec elle.
-Mais Lla Kheira, Fettouma est encore toute jeune, elle ne connaît rien ni à la grossesse ni aux envies. Tu devrais plutôt l’aider et l’orienter.
-Cela suffit ainsi, s’insurge la vieille dame. Vous allez toutes quitter les lieux et retourner à vos occupations. Personne ne devra me dicter ma conduite.

 

(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER