Scroll To Top

A la une / Récit de Yasmina Hanane

La brûlure de la braise

27e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Alors qu’ils se demandaient où passer la nuit, Saad et son père se virent proposer le gîte par Yahia. Ce dernier avait une mansarde au-dessus du magasin, et c’est là qu’ils dormiront.

La mansarde était assez spacieuse pour contenir des cartons de livres et quelques fournitures de librairie. Une minuscule fenêtre donnait sur la rue, et un lit de camp trônait dans un coin.
-Voilà, lance Yahia, ce n’est pas le grand luxe, mais vous serez à l’aise et en sécurité.
Il se tourne vers mon père.
-Ameur, tu dormiras dans ce lit de camp.
Puis il revient vers moi.
-Toi, Saad, tu pourras aligner quelques cartons, et étaler une couverture dessus.
Il ouvre un petit placard et prend deux couvertures légères.
-Tiens, prends-en une.
J’improvise une petite couche de fortune, et ma foi, je n’étais pas trop mécontent de pouvoir m’allonger cette fois-ci sur une couverture propre.
Mon père se tourne vers notre bienfaiteur.
-Je ne sais comment te remercier, Yahia.
-Me remercier ? Non, je n’ai pas besoin de remerciements, mon ami. Prie plutôt le Créateur et remercie-Le pour Ses bienfaits.
Il jette un coup d’œil à sa montre.
-Je pense qu’il est trop tôt pour se mettre au lit. Allons faire un tour et dîner quelque part.
Il ferme boutique, et nous nous mettons à marcher à travers les rues de Annaba. Yahia nous montre quelques quartiers huppés. De belles villas s’alignaient sur les deux côtés. Quelques-unes avaient même de somptueux jardins qui donnaient sur la rue. Un paradis sur terre ! Mon imagination s’ébranle. Le cousin Aoued possède aussi une villa. Est-ce dans ce quartier ? Si c’est le cas, nous serions bien servis. Ma mère n’ira pas par quatre chemins pour quitter son taudis et s’installer dans une véritable maison.
-Saad, tu aimes les glaces ?
Je redescends de mon nuage. Yahia et mon père s’étaient arrêtés devant un salon de glaces et me regardaient.
-Oui. Je n’en mange pas souvent.
Yahia me donne une grande tape dans le dos.
-Allons, petit. Quel parfum préfères-tu ?
-Le parfum ?
-Oui. Chocolat, vanille ou pistache ?
Je hausse les épaules.
-J’aimerais juste une glace.
Yahia rit et hausse les épaules, avant de commander trois coupes de glaces aux parfums variés.
Nous nous régalons de ce goûter inattendu pour mon père et moi, puis nous reprenons notre promenade à travers la ville.
Les ruelles s’illuminaient et la ville respirait après une chaude journée. Quelques jeunes filles passent en riant devant nous.
Je les suis du regard un moment. Elles étaient belles, bien habillées et dégageaient une joie de vivre contagieuse.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER