Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

28e partie

Résumé : Fettouma est entourée par les voisines. L’une d’elles confirme à Lla Kheira que sa bru est enceinte, et qu’elle devrait la faire examiner par Lla Taos, l’accoucheuse du quartier. Lla Kheira, agacée par les conseils des autres, renvoie toutes les femmes à leurs occupations.

 

Les voisines sortirent l’une derrière l’autre, en jetant un regard à Fettouma, qui plus pâle que ses draps, arrivait à peine à ouvrir les yeux. Sa belle-mère s’approche d’elle, et lui chuchote :
Tu n’es pas du tout en état de te déplacer jusqu'en haut du quartier pour te rendre chez Lla Taos.
La jeune femme voulu répondre, mais ne le pu, et se laisse retomber sur son oreiller. Lla Kheira se détourne d’elle et ressort dans la cour. Elle revient avec un mouchoir et l’imbibe d’eau de rose, avant de le lui déposer sur le front.
Voilà. Comme cela, tu ne vas pas sentir le vomi. Toute à l’heure, j’irais ramener moi-même cette vieille accoucheuse.
Fettouma referme ses yeux et s’endormit
Lla Toas était une petite vieille, au visage ridé et au regard perçant qui inspirait le respect. Elle faisait partie du “décor” du quartier, et tout le voisinage l’avait toujours connu sous cet aspect sage et rugueux, qu’elle affichait.
Elle s’approche de Fettouma et lui palpe le ventre, puis remonte plus haut pour palper ses seins, avant de déposer une main connaisseuse sur son front, et de contempler le fond de ses yeux.
Tu es enceinte d’environ deux moi ma fille. Ne t’es-tu donc pas rendue compte ?
La future maman secoue sa tête dans un signe de négation.
Alors, poursuit la vieille dame, je vais te donner quelques conseils que tu devras suivre à la lettre pour mener ta grossesse à terme.
Elle s’essuie les mains avec une serviette et reprend :
Dès aujourd’hui, finies pour toi les tâches lourdes. Tu devrais dormir et te reposer au maximum. De temps à autre, tu pourras sortir dans la cour pour marcher. Cela t’évitera d’avoir les jambes enflées. Et surtout, il faut bien manger. La nourriture t’aidera à tenir le coup, et ton bébé se développera bien. Tu pourras aussi t’exposer au soleil de temps à autre en fin de journée. Et chaque soir tu masseras ton ventre avec un peu d’huile d’olive afin d’éviter les vergetures.   
À ce moment, Lla Kheira revient avec du café et des gâteaux qu’elle dépose sur une table basse.
Alors, où en  est-elle donc ? demande-t-elle en s’adressant à la vieille femme.
Oh ! Encore à ses débuts bien sûr. Mais il faudrait qu’elle s’arme de courage pour mener sa grossesse à terme. Je viens de lui prodiguer quelques conseils et j’espère qu’elle les suivra à la lettre.
Lla Kheira pousse un soupir :
À mon époque, nous menons toutes seules nos grossesses à terme, sans conseils, ni complications. Avec cette nouvelle génération, je ne sais plus où nous en sommes.
Ta... ta... ta… Lla Kheira as-tu oublié donc ce que tu as enduré durant ta deuxième grossesse ? Si je me rappelle bien, il aurait suffi de peu pour que tu perdes le bébé.
Hum… Oui… Mais ce n’est pas tes conseils qui m’ont sauvée… C’était Si Tayeb qui avait fait appel au médecin français.

 

(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER