Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

La brûlure de la braise

2e partie

Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : J’étais en mal d’inspiration… La salle de rédaction était vide, et moi, suspendue à ma plume, je tentais  de trouver les termes justes pour rédiger le reportage du jour : “Un fléau de génération !”

Enfin, je trouve les mots requis. Un soulagement! Vite…vite, je dois mettre noir sur blanc ces quelques bribes qui titillent mon cerveau et me font bondir sur ma chaise. Ma plume caresse la page et les lettres s’alignent sans accroc…Le déblocage s’opère enfin…La routine prend le relais, et la conclusion vient d’elle-même : “Il n’est point aisé d’évoluer dans deux univers différents…”
Les jeunes réclament leur place au soleil dans une société encore bloquée par les tabous…Cependant, soyons logiques, les parents n’aimeraient pas, non plus, que leurs enfants servent de boucs émissaires à un modernisme démesuré qui demeure mal assimilé.
Je noircissais ma page sans aucune contrainte, renouant ainsi avec une plume alerte et audacieuse.
Un quart d’heure plus tard, je signais mon article avant de le remettre au rédacteur en chef. Ouf…Je pouvais enfin souffler et penser à mettre quelque chose dans mon estomac, que j’avais négligé depuis les premières heures de la matinée… On était encore loin de l’heure du bouclage, et je pouvais disposer.
Une heure plus tard, j’étais de retour. J’avais encore un billet à rédiger pour le “coin social”, et comme  je devais assister à la dernière réunion de la journée, je m’empressais de fignoler le thème, et d’aligner les cinq ou six lignes qui permettaient d’exprimer mon point de vue sur la nature humaine….Ah ! j’oubliais quelque chose. Je ne suis ni philosophe, ni penseur, mais j’étais plutôt passionnée par ces sagesses puisées dans notre terroir, pour mettre en exergue les fléaux de notre société. Voilà, c’est terminé pour aujourd’hui. Mon billet bouclé, je me laisse aller contre mon siège en attendant les autres.
Quelques collègues commencent à affluer…Cartable en main, sueur au front, et l’air las. La journée n’a pas été de tout repos pour tout le monde. En sus de la chaleur de ce mois de juillet, chacun de nous avait eu fort à faire pour la couverture quotidienne…La moitié du collectif étant en congé, on était dans l’obligation de  redoubler nos efforts, pour combler les pages les plus importantes et faire face à toutes les contraintes du bouclage.
Saâd dépose ses affaires sur la grande table et se laisse tomber en face de moi :
-Quelle journée !
-Il fait trop chaud pour bosser…
-À qui tu le dis Hanane!
Il prend un mouchoir et le passe sur son front :
-J’ai traversé toute la ville pour rencontrer ce sportif…Il avait oublié son rendez-vous, et j’ai dû me rendre chez lui.
-Ah ! Tu es à la sportive maintenant ?

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER