Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le mendiant de l’amour

30e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé :  Youcef refuse le mariage de dupes proposé par son cousin. Humilié par sa réaction, ce dernier le fera interner. Le jeune homme se retrouve emprisonné dans une camisole de force et jeté au fond d’un asile.

Son collègue hoche les épaules :
- Lorsque son cousin nous a fait appel, il a fait un triste compte rendu sur sa conduite. Tu as remarqué que sa chambre était sens dessus-dessous, et sa famille n’avait eu d’autre alternative que de le ligoter avant de faire appel à une ambulance. Cet homme a failli à maintes reprises provoquer des catastrophes dans la maison.
Il a même agressé son cousin et sa fille. Une sourde-muette et épileptique de surcroît ! Tu te rends compte ! Et tu veux me faire croire qu’il n’est pas fou.
J’écoutais toujours en mangeant, et bien sûr je ne pouvais répondre. Mon cousin a dû faire toute une déposition pour appuyer mon internement immédiat. Je terminais “mon repas”, et les jeunes infirmiers reprirent le plat et le broc d’eau avant de s’éclipser.
Néanmoins, ils avaient eu la gentillesse de ne pas me “nouer” encore les membres, et avaient laissé la lampe allumée. Je pouvais à la rigueur suivre le manège des moustiques autour de l’ampoule, et les chasser de mon visage avec ma main.
Inconfortablement installé, je n’arrivais pas à trouver le sommeil. Au petit matin, un psychiatre vint m’ausculter. Il me prit la température, compta mes pulsations cardiaques et nota toutes mes réactions tout en prenant des notes sur un calepin. Il m’adressa un sourire chaleureux. Ce médecin était d’une douceur incroyable ! Une véritable oasis dans un désert d’incompréhension.
- Comment t’appelles-tu ? me demande-t-il.
- Youcef.
- Quel âge as-tu?
- 35 ans.
Niveau d’études, profession, adresse, distractions, l’homme ne cessait de poser des questions auxquelles je répondais sans hésitation aucune.
Il se lève alors, et se met à arpenter la pièce en suçant le bout de son crayon :
- J’ai l’impression jeune homme que tu as toutes tes facultés mentales, me lance-t-il enfin.
- Je ne suis pas fou docteur, ripostais-je. Je suis victime d’un complot.
- Pourtant votre dossier médical atteste du contraire.
- Quel dossier ?  
- Votre dossier médical. Celui qui nous a été envoyé par votre médecin traitant. Le Dr F.  
- Je ne connais pas ce médecin.
- Et pourtant il prétend vous avoir déjà traité, Youcef, avec des détails on ne peut plus précis sur votre état.
- Je ne connais pas ce médecin docteur. Je suis un jeune qui a sombré dans la mélancolie à la mort de mes parents. J’ai frôlé certes une dépression, mais j’ai pu reprendre pied.
- Qu’est-ce qui explique alors ces crises agressives ?
- Je ne suis pas agressif docteur. Si j’ai montré quelques signes d’agressivité envers mon cousin, c’est que j’avais des raisons bien fondées.
Le médecin s’approche de moi et me lance un regard interrogateur :
-Quelles sont ces raisons ? Vous voulez bien me les confier ?
- Au point où j’en suis, je me vois dans l’obligation de vous rapporter tous mes déboires, docteur.

(À suivre) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER