Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

35e partie

Résumé : Si Tayeb demande à son fils de prénommer le nouveau-né. Mais Mahmoud préfère en laisser ce soin à son père. Fier et ému, ce dernier le serre dans ses bras. Il est heureux de constater que son fils est toujours respectueux envers ses parents.

 

Il s’essuie le visage et se met à réfléchir.
-Je vais appeler mon petit-fils Rachid. C’est un prénom noble et ancien.
Mahmoud sourit.
-Tu fais allusion à Haroun Errachid.
Il sourit.
-Oui, peut-être, mais c’est aussi un prénom très répandu dans notre société. Et je le trouve bien beau.
-Très bien. Je vais de ce pas prendre le livret de famille pour l’inscrire à la mairie.
-Je t’accompagne, mon fils.
À ce moment précis Si Ahmed, le père de Fettouma, fit irruption dans la grande pièce.
-Salam alikoum
Si Tayeb se lève.
-Alikoum essalam. Sois le bienvenu Si Ahmed. Mabrouk alina.
Si Ahmed donne l’accolade à Si Tayeb, et prend Mahmoud dans ses bras.
-Alors, mon fils, comment se sent-on dans la peau d’un père ?
Si Tayeb se met à rire.
-Demande plutôt des nouvelles de ta fille. Mahmoud est heureux, et nous nous apprêtions à nous rendre à la mairie pour inscrire le nouveau- né.
-À la mairie ? Alors je vais vous accompagner, puisque je dois me rendre au travail. Mais avant cela, j’aimerais avoir des nouvelles de Fettouma. Sa mère m’avait dit qu’elle avait eu un accouchement assez difficile.
Si Tayeb hoche la tête.
-Oui. La nuit a été longue pour elle. Mais grâce à Dieu, tout s’est bien passé. Elle se repose dans sa chambre.
-Bien. Allons donc inscrire le gosse. Je repasserai ce soir pour prendre des nouvelles de ma fille, et faire connaissance avec mon petit-fils.
Le trois hommes sortirent ensemble pour se rendre directement à la mairie où Si Ahmed travaillait et où on inscrivit le nouveau-né.
Quelques jours passent. Fettouma avait bien récupéré, et le bébé se portait comme un charme. Toute la famille était aux petits soins pour lui. Une fête était prévue pour la fin de la semaine.
Faïza et Samia, les sœurs aînées de Fettouma, étaient venues prêter main-forte à leur mère et à Lla Kheira dans les préparatifs de la cérémonie. Mahmoud offrit à sa femme un beau collier en perles de culture ainsi qu’un bracelet en or.
Fettouma reçut d’autres cadeaux assez coûteux de la part de ses parents et de ses beaux-parents. Lla Kheira lui offrira, entre autres, un superbe couvre-lit, ainsi qu’une belle parure en argent.
La jeune femme, émue, ne sut quoi penser devant tant de sollicitude. On lui avait appris à emmailloter le bébé et à lui donner le sein. La vieille accoucheuse passait deux fois par jour pour voir Fettouma et jeter un coup d’œil sur son protégé. Au 7e jour, on donna une grande fête où furent conviés voisins et amis.
On vint admirer le nouveau-né, vêtu de bleu, que Fettouma avait pris dans ses bras, et fait sortir dans la cour pour l’habituer à la lumière du jour.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER