Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

36e partie

Résumé : Farida donne rendez-vous à son fiancé à leur endroit habituel. Visiblement, elle avait des choses à lui dire, mais ce dernier n’apprécia pas son nouveau look et jette un froid entre eux. La jeune femme ne se laisse pas faire.

 

Il suspendit sa phrase.
-Un jeune fille dans le vent, pour ne pas dire facile, lance-t-elle.
-Je n’ai pas dis ça, Farida, mais...
-Mais quoi ? Je voulais qu’on se rencontre pour parler de nous, et ne voilà-t-il pas que tu as tout bonnement détourné mes intentions.
Il soupire encore.
-Vas-y, parle. Que voulais-tu donc me dire ?
Elle secoue la tête.
-Plus rien. Je crois que je ferais mieux de partir.
-Tu plaisantes ! Tu m’as fais quitter le bureau à une heure de grande affluence et maintenant tu veux me planter là et partir !
-Moi aussi j’ai quitté mon bureau et délaissé toutes mes tâches pour te rejoindre.
-Alors, pourquoi ne me dis-tu pas ce qui te tracasse ?
-Rien. Écoute, Merouane, mes parents vont partir en omra à La Mecque dans deux semaines.
-Ce sera une bonne chose pour eux. Tu veux que je les dépose à l’aéroport, c’est ça ?
Elle agite la main.
-Mais non, je pourrais le faire moi-même.
-Parfait. Que veux-tu que je fasse alors?
-Je me disais qu’on pourrait profiter de leur absence pour planifier notre mariage. Nous leur ferons une belle surprise à leur retour.
Le jeune homme demeure muet un moment, puis reprend ses esprits.
-C’est une farce ?
Elle rit.
-Non. Je suis sérieuse dans mes propos, je vais me retrouver seule durant deux longues semaines, et j’aimerais profiter de ce laps de temps pour tout préparer. Tu voulais hâter notre mariage, n’est-ce pas ?
-Oui, je voulais, mais plus
maintenant.
-Hein ? Tu ne veux pas qu’on se
marie ?
-Non. Pas dans l’immédiat. Je n’ai plus les moyens de faire face à ce projet.
-Pourtant c’est toi...
-Jusqu’à la semaine dernière, j’ai tenté de te convaincre. Comme tu ne voulais pas entendre raison, j’ai pensé mettre toutes les économies destinées à notre mariage dans un nouveau projet.
Il se frappe les mains.
-Fini. J’ai à peine de quoi tenir jusqu’à la fin du mois.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER