Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

36e partie

Résumé : Fettouma récupère rapidement. Elle reçoit de nombreux cadeaux. On est aux petits soins aussi avec le bébé qu’on prénomma Rachid, et au 7e jour de sa naissance, on donne une grande fête en son honneur.

 

Lla Kheira et Lla Z’hor suivaient la jeune maman de près et veillaient au grain. Elles craignaient le mauvais œil et avaient, juste avant la cérémonie, brûlé de l’encens au seuil de la chambre de la jeune accouchée afin d’éloigner les mauvais génies.
Les invités chantèrent et dansèrent, et firent honneur aux nombreux gâteaux et à la rituelle tamina garnie d’amandes.
La maison ne se videra qu’à la nuit tombée. Fettouma, qui était retournée dans sa chambre pour allaiter son fils, pousse un long soupir de soulagement. La journée avait été exténuante. Le bébé, dérangé par tant de bruit, était agité et pleurait.
Lla Taos le prend dans ses bras pour le déshabiller et lui masser tout le corps avec de l’huile d’olive. L’enfant se détendra alors et s’endormira comme un ange.
Mahmoud qui venait de rentrer vint tout bonnement se placer devant le berceau de son fils.
-Ne le réveille surtout pas, lui chuchote Fettouma, il a eu son compte pour aujourd’hui.
Mahmoud hoche la tête.
-Oui. Je comprends. Tout ce bruit a dû être un enfer pour ses petites oreilles. Mais enfin, que veux-tu ? On ne peut pas se dérober aux
traditions.
-Oui. Ta mère semblait fière d’exhiber son petit- fils devant ses
invités.
-La tienne aussi, je présume.
Fettouma ébauche un sourire.
-Certes. Cependant pas autant que Lla Kheira.
Ils rirent, puis Mahmoud lance :
-Qui n’aimerait pas exhiber son premier-né aux yeux du monde entier. C’est un bonheur qu’on ne pourrait jamais décrire.
-Tu es heureux, Mahmoud ? Heureux d’avoir un garçon ?
Mahmoud secoue la tête.
-Si je suis heureux ? Mais je suis le plus heureux des hommes sur Terre, Fettouma. Pas parce que j’ai un garçon, la chose n’aurait pas été différente si c’était une fille. Mais plutôt parce que tu as mené comme une grande ta grossesse à son terme, et qu’ensuite un enfant est venu combler un grand vide dans cette maison.
Il se penche davantage sur le
berceau.
-Et ce petit bout de chou me semble en très grande forme.
-Rachid se porte comme un charme. Il n’y avait qu’à voir son petit corps tout à l’heure quand Lla Taos le massait. Il est robuste.
-Comme son père.
-Non, comme sa mère.
Ils rirent, puis Fettouma demande à son mari :
-Tu as dîné ?
-Non, pas encore. Je vais demander à ma mère de nous servir.
-Tu devrais plutôt aller manger avec ton père et les hommes dans la grande pièce.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER