Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

l’artiste

3e partie

Résumé : La poétesse en herbe tente de se frayer un chemin à travers les mots pour traiter des maux. Tahar avait ressenti la détresse qui s’en dégagait. Il tente de faire plus ample connaissance avec l’auteure. Quel était donc son nom ?

 

Comme un élève pris en flagrant délit de copiage, je répondis moi aussi dans un murmure :
-Kahina.
-Ah ! je me disais que tu avais le port altier d’une reine.
-Moi ? Mais c’est ridicule. Je ne suis qu’une jeune première à la recherche d’une sensation poétique et je…
-Tu es la reine des Aurès.
-Moi ?
-La reine des Aurès. Une Berbère,  pure et dure.
-Je t’assure que.
-Allons, voyons un peu ces vers qui commencent franchement à m’intriguer.
Il met ses lunettes, et se rapproche un peu plus du poème affiché. Il se met à lire, et son visage expressif me renseigna sur ses pensées. Cet homme me prend sûrement pour une demeurée. Il me jette un regard plein de sous-entendus, et sourit :
-Pas mal pour une débutante. C’est comme pour la cuisine.
-La cuisine ?
Il se met à rire franchement, puis lance :
-Ne me prends pas pour un ogre. Je voulais juste dire que pour devenir forgeron, il faut battre le fer.
-Ah ?
-Ah, oui ! La cuisine est aussi un art ma petite.
-Je… oui mais qu’a-t-elle à voir avec mes poésies ?
-Rien, bien sûr. C’était juste pour rire. Je n’aimerais pas t’offusquer davantage Kahina. Heu… je suis moi-même un artiste médiocre, et sans avenir. Et cela ne veut pas dire que tu l’es aussi.
-Un artiste médiocre, toi ?
Il hoche la tête :
-Oui. On n’est jamais content de ce qu’on fait, même si le succès est là.
Il soupire :
-L’humain est insatiable. Il veut toujours plus. Heu… mais pour être franc, je trouve tes vers très rassérénants. On a l’impression de voguer sur une étoile.  
-De voguer sur une étoile ?
Il se gratte la tête devant mon air ahuri, et poursuit :
-Oh ! Je… c’est juste une expression qui me passe comme ça par la tête.
Il me prend les mains :
-Bravo Kahina, bravo ma petite ! Tu as osé faire un premier pas, et c’est le plus difficile en somme, il faut persévérer. Tâche de faire toujours ce que t’as envie de faire et surtout va au- devant de ton destin et exprime tes sentiments et tes émotions sans fard. C’est ça le secret de la réussite.
-Heu… Je… Moi je trouve que tu as plutôt réussi. Tes œuvres sont très attirantes, et le public ne se lasse pas de les regarder, par contre mes poèmes…
-Ne dis pas ça. Le public est coriace. Tantôt il est pour, tantôt il est contre. C’est toujours comme ça.
Il hausse les épaules :
-Il m’est arrivé de rencontrer des gens qui donnaient cet impression de tout connaître dans ce monde, y compris l’art sous toutes ses formes. Cependant, au premier abord, je décèle quelque chose qui ne colle pas. Leurs pensées, leur idées, leurs manières… rien en eux ne reflète ce qu’ils disent. C’est juste une façade, tu comprends. Ils veulent démontrer qu’ils sont à la page, qu’ils ont du savoir-vivre.


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER