Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le voyou

40e partie

Résumé :  Arguant du fait qu’il faisait nuit, Farid refuse la proposition de son épouse pour visiter l’appartement. Mais il lui promet de régler rapidement les affaires afin qu’ils puissent emménager bientôt. Karima est un peu rassurée.

 

Elle se lève et se glisse dans le lit, puis se rappelant que son mari n’avait pas dîné, elle relève la tête et lance :
-Farid ! il  y a un reste de ragoût de pomme de terre que j’ai laissé à ton intention dans une casserole. Tu n’auras qu’à le réchauffer et prendre du pain dans le placard de la cuisine. Va donc dîner, mes parents se sont retirés dans leur chambre depuis un moment déjà.
Dès la matinée, Farid, qui avait rendez-vous avec le jeune homme de la veille, se rendit dans son studio. Il n’attendra d’ailleurs pas longtemps, puisqu’à l’heure prévue, son client arrive tout confus.
- Parfait, lui dit Farid, on peut dire que tu es ponctuel mon ami. Dès maintenant tu es chez-toi jusqu'à 18h. Je reviendrais fermer. Tâchez de ne pas faire trop de bruits, toi et ta petite copine, et surtout de ne pas salir les lieux.
- Compte sur moi, nous serons très sages.
Farid sourit :
- Sages… il ne faut pas trop l’être.
Il sort et retourne au quartier de ses beaux-parents. De loin, il voit sa femme quitter l’immeuble avec Feriel qui trottait devant elle. Elle se rendait sûrement à la banque pour retirer son argent. Ouf ! Il avait donc quartier libre pour revoir Gamra.
Il attend que sa femme ne soit plus en vue pour s’approcher du portail d’entrée, et chercher des yeux Gamra. Apparemment cette dernière n’était pas chez elle puisque la porte de la cave, d’habitude entrouverte, paraissait fermée à double tour. Farid rase les murs pour ressortir. Il ne voulait pas que quelqu’un le voit. Plus bas, dans la grande cour, des voix de femmes lui parvenaient. Quelques voisines lavaient leur linge et papotaient.
Il jette un coup d’œil à sa montre-bracelet : 11h10. Mais où est donc passée cette sorcière, comme l’a si bien surnommée sa femme ?
Il prend son mal en patience et décide d’aller prendre un café. Au bout d’une trentaine de minutes, il revient sur ses pas. Dès qu’il eut franchi le portail d’entrée, il entendit la voix de Gamra. Cette fois-ci, elle était bien chez elle. Le rideau de la porte soulevé par le vent prouvait qu’elle était rentrée.                                                                     
Farid s’approche et toussote en donnant un coup sec. Il entend des pas, avant de voir Gamra apparaître sur le seuil.
- Ah ! c’est toi petit voyou ! Je me demandais où tu étais passé.
- Bonjour Gamra. Je suis déjà passé il y a une demi-heure et tu n’étais pas chez toi.
- Je me suis rendue chez Henia.
La femme retire des clefs de son corset et les tendit à Farid.
- Le véhicule est garé au parking du sous-sol, tu connais ?
- Oui bien sûr que je connais. Je vais tout de suite le récupérer.
- Hé ! Attends un peu. Hénia est prise par les préparatifs de son mariage, donc c’est moi que tu dois payer.  


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER