Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

41e partie

Résumé : Mehdi vient très tôt remettre un panier de poisson à Farida, qui lui apprendra que son véhicule était en panne. Il découvre l’origine de la panne et remet la bagnole en marche. La jeune femme voulut le payer pour sa peine.

 

Il fronce les sourcils :
- Mon obligée… Pourquoi ces idées ? Ne sommes-nous pas amis ? Je n’ai fait que t’aider.
- Certes. Mais je tiens à payer ce poisson.
- Alors je vais me fâcher et te punir. Et tu connais ma punition…
Il rit :
- Mon invitation à dîner tient toujours.
Elle secoue sa tête :
- Tu es aussi tenace qu’une sangsue !
Il rit encore :
- Je pense que tu ne devrais pas te plaindre, car je ne fais pas ça avec tout le monde…
-Je n’en doute pas.
Il se dirige vers la sortie et elle lui lance :
- C’est OK pour le dîner.
Il parut heureux et hoche la tête d’un air satisfait :
- Enfin, tu deviens raisonnable, Farida. Je passerais te récupérer vers 18h. Cela te va ?
- Ce sera parfait.
Il quitte les lieux, et elle s’adosse à la porte d’entrée, en se demandant si elle ne perdait pas plutôt la raison. Pourquoi donc avait-elle accepté cette invitation impromptue ? Et Merouane ? Qu’en dira-t-il s’il l’apprenait ?
Mais l’évocation de son fiancé ne fera que renforcer sa décision. Tant pis pour lui. S’il n’avait pas pris les devants pour faire ombrage à leur mariage, elle n’en serait pas là. Le dîner avec Mehdi ne sera qu’une simple occasion de faire connaissance, et de se défouler, car elle en avait réellement besoin après toute la tension cumulée ces derniers jours.
La journée passe trop rapidement au goût de la jeune femme, qui, somme toute, appréhendait l’heure de son rendez-vous. Quelque chose en elle lui disait qu’elle agissait mal…
Elle n’était pas la femme qui répondait favorablement aux avances d’un homme qu’elle connaissait à peine, et de surcroît, elle était déjà fiancée…


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER