Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le mendiant de l’amour

44e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Youcef obtient enfin gain de cause et peut récupérer ses biens et relancer ses affaires. Son cousin sombre dans la folie, avant de se suicider. Un juste retour des choses. Ne dit-on pas que le mal se paye par le mal ?

Plusieurs mois sont passés. Après avoir mis de l’ordre dans ses affaires, Youcef se rappellera sa bienfaitrice, Linda. Depuis son procès, il ne l’avait plus revue. Un jour, alors qu’il se trouvait au bureau, il décide de prendre de ses nouvelles. Cette femme l’intriguait.
Et il l’aimait. C’est une vérité qu’il ne pouvait nier. Un état d’âme qui le torturait. Après tout, cette femme était mariée, et il n’avait aucun droit de s’immiscer dans son existence, même s’il la savait bien malheureuse.
Cependant, il se rappelle aussi qu’elle lui avait certifié qu’elle allait prendre son destin en main et demander le divorce. L’a-t-elle fait ?
Il pousse un soupir, hésite, puis se décide à former son numéro. La sonnerie retentit un long moment.
En vain, personne ne répondait. Il se dit que peut-être elle était sortie faire des courses, et il se promet de la rappeler dans la soirée. Hélas ! Ses appels demeuraient sans suite.
Étonné et inquiet, il décide de se rendre le soir même au quartier où elle résidait et où il l’avait rencontrée pour la première fois.
Le banc en marbre sur lequel il s’était installé, et qui faisait face aux fenêtres du salon, était toujours là pour lui rappeler ce souvenir.
Il descend de son véhicule et va tout bonnement s’asseoir sur ce banc, en espérant que Linda le verrait. Mais la villa baignait dans une obscurité totale. Les fenêtres étaient closes et les volets tirés. Le jardin semblait abandonné, des herbes sèches commençaient à l’envahir.
Que s’est-il donc passé ? Où est Linda ? Était-elle malade ? ​Était-elle en voyage ?
Il se rappelle qu’elle lui avait dit qu’elle n’avait plus personne au pays, et que ses demi-frères étaient en France. S’était-elle rendue chez eux ? Ou bien était-elle avec son mari ?
À cette pensée, un sourire amer se dessine sur ses lèvres, et il repense à cet homme qui la torturait et qui la trompait sans vergogne et la négligeait.
Il se rappelle que lui aussi avait été ingrat envers elle. Depuis qu’il avait quitté cette maison, il y a quelques mois, il n’avait plus cherché à la contacter ou à avoir de ses nouvelles.
Il s’en voulut à mort d’avoir délaissé cette admirable femme qui lui avait tendu la main, alors qu’il était au fond du gouffre.
Il est vrai qu’il était bien occupé ces derniers temps, mais cet argument ne pesait plus rien devant son inquiétude. Où est donc passée Linda ? Lui était-il arrivé malheur ? Il secoue la tête, comme pour chasser cette idée qui le taraudait.
Elle lui avait parlé de la maison de ses parents qui se trouvait sur les hauteurs de la ville.
Il se met à réfléchir un moment. Pourquoi ne se rendrait-il pas à la vieille maison ?
Elle lui avait tant décrit le quartier de son enfance qu’il n’aura pas trop de mal à le retrouver.

(À suivre) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER