Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

AUTRES / Récit de Yasmina Hanane

Portrait de famille

45e partie

Résumé : Yasmina est harcelée par son père qui fera le serment de la marier au prochain prétendant. La jeune fille avoue à sa mère qu’elle refusait de vivre comme ses aïeules.

 

Yasmina hoche la tête.
-Oui, mais cela ne veut pas dire que je vais renier mes origines. Mon but c’est plutôt d’évoluer et de sortir de cette monotonie quotidienne qui semble être notre lot dans cette existence.
-Tu vois où te mène toute cette instruction de malheur, Yasmina ! Des idées bizarres et étranges encombrent ton esprit !
-Non, maman. Mes idées sont saines. L’instruction et le savoir sont les deux facteurs qui mènent vers le succès et l’évolution.
-Pas pour les femmes, voyons !
-Mais si justement, maman. Une femme instruite vaut mille fois mieux qu’un homme inculte. Les femmes que tu vois dans cette revue réclament des droits. Le droit au travail, au vote, à une vie meilleure que celle de leurs mères.
-Chut ! Ne répète plus jamais ça. Si jamais ton père...
-Mon père ? Oui. Tu peux parler de mon père. Il est très intelligent pour quelqu’un qui n’a jamais mis les pieds dans une école. Seulement, il a rencontré plus d’un aléa dans sa vie, parce que, justement, l’instruction lui fait défaut. Razika se tut un moment. Elle n’avait pas de réponse à donner aux arguments de sa fille. C’est vrai que, quelque part, tout comme elle, les femmes de sa génération n’avaient droit ni à l’instruction ni même à la parole. Elles ont vécu sous l’autorité parentale, puis maritale, sans pouvoir changer leur quotidien. Même des filles de la nouvelle génération, comme Zahra, n’avaient fait que suivre l’exemple de leurs aïeules. Yasmina veut vivre différemment. Razika comprenait sa fille, mais les mœurs de l’époque n’encourageaient pas les femmes à aller de l’avant.
Elle dévisage Yasmina un moment, puis sourit.
-Ton père veut te marier, Yasmina. Si tu continues sur ta lancée, il te mariera au prochain venu, il en a fait le serment devant Dieu.
-Je l’ai entendu. Mais cela ne veut pas dire que je vais me laisser faire. J’ai déjà repoussé bien des demandes en mariage.
-Mais tu n’y penses pas ! C’est ton père, et il a tous les droits sur toi.
-Oui, ça je le sais. Tu n’as cessé de nous le répéter à Zahra et à moi durant toute notre enfance.
-C’est la réalité. Ton père est ton protecteur et ses droits sur toi n’ont pas de limites.
-Je sais, maman, je sais.
Elle s’étire et sourit.
-J’aimerais que tu me racontes encore une fois l’histoire de ton mariage avec lui.
Razika sourit.
-Je te l’ai racontée des dizaines de fois, Yasmina.
-Je sais. Mais cela fait tellement bizarre cette histoire d’amour entre vous à une époque où rien ne
bougeait.
-Rien ne bougeait ?
-Oui. Je parle des mœurs. Après tout, tu dois toi-même une fière chandelle à ton père qui t’a permis de rencontrer ton futur mari.
-Oui, tu peux le dire.
-Alors comment vas-tu permettre à mon père de me marier sans mon consentement ?
Razika comprit enfin où voulait en venir sa fille. Elle rit franchement et reconnaît que Yasmina n’était pas comme les autres filles de sa
génération.
- Tu es quelqu’un de très intelligent, ma fille. J’aimerais tant te voir heureuse. Qui sait ! Peut-être auras-tu le privilège d’épouser un homme qui s’adaptera à tes folles idées.
Quelques mois passent. Yasmina ne va plus à l’école, mais de temps à autre, elle se rendait chez une proche voisine qui recevait régulièrement du courrier de son fils et de son neveu qui vivaient à Marseille.
Un jour, Yasmina apprendra à sa voisine la prochaine venue de ces derniers.
Zouhir et Mouhoub viendront passer quelques jours au bled, et officialiser la demande en mariage de Fadhéla, la jeune sœur de Zouhir, promise à un émigré qui vivait dans la ville phocéenne.
Malika, la voisine, est aux anges. Elle embrasse chaleureusement Yasmina, et lui dit :
-Chaque fois que tu viens lire mon courrier, tu m’annonces une bonne nouvelle. Tu me portes bonheur, Yasmina. Ton visage est serein et ton cœur est généreux. Que Dieu exauce tes vœux et t’accorde une vie pleine de bonheur.
Quelques jours passent. Un soir, en se penchant par la fenêtre de sa chambre qui donnait sur la rue principale, Yasmina remarque deux jeunes hommes de haute taille, bien habillés et portant de grandes valises.
Ils remontaient l’allée centrale, et leurs chapeaux reflétaient leurs ombres sur les murettes du quartier. La jeune fille devine aussitôt que c’étaient le fils et le neveu de Malika qui venaient d’arriver de France.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER