Scroll To Top

A la une / Récit de Yasmina Hanane

Un cœur brisé

46e partie

Résumé : Athmane refuse d’en entendre plus. Sabrina n’ira pas vivre ailleurs que chez lui, dans le cas où sa mère se remarie. Halima est déçue. Elle l’accuse de remettre en cause tous ses projets.

 

Pour se consoler, il repense au week-end qui arrive, et à la sortie en mer qu’il avait promise à Sabrina…
Il allume une autre cigarette, et en se disant que quelle que soit la décision de son ex-épouse, il ne laissera jamais sa fille aux mains d’un autre homme…
Halima prend une douche et rejoint sa mère au salon. Cette dernière venait de donner son goûter à Sabrina et se versait un café. Elle brandit la cafetière et lève un regard interrogateur vers sa fille…
-Non. Tu sais bien que je ne prends pas de café à cette heure-ci. La caféine me provoque des insomnies.
-Ce n’est pas uniquement la caféine qui provoque des insomnies, lance sa mère sur un ton de reproches.
Halima hausse les épaules et réplique d’une voix lasse :
-S’il te plaît maman, ne rajoute pas ton fiel, j’ai déjà eu ma dose pour la journée.
La vieille femme redépose sa cafetière :
-Hum… Je présume que tu as rencontré Athmane au bas de l’immeuble.
-Oui. Et… Et nous nous sommes disputés.
Sa mère son met à touiller son café. Un silence plane entre elles un moment puis Sabrina se lève et prend sa poupée pour rejoindre sa chambre :
-Je vais changer ses vêtements à bibicha, dit-elle en quittant les lieux.
Halima la suit des yeux. Sa fille était tout pour elle. Elle devrait penser à son bonheur, et sacrifier le sien, s’il le fallait, mais elle ne pourrait reprendre avec Athmane.
-Bien sûr, tu refuses de reprendre avec lui.
Elle lève des yeux larmoyants vers sa mère :
-Je ne peux pas recoller les débris de notre vie conjugale… Ce qui est cassé ne se recolle plus.
-Je ne suis pas de ton avis… Et puis tu es trop jeune pour mener cette vie de nonne que tu viens d’adapter.
La jeune femme soupire :
-Ma vie aurait pu prendre une autre tournure si Athmane ne s’était pas opposé…
-À quoi donc ?
-Eh bien, quelqu’un veut demander ma main. Mourad, un collègue de travail. Il est jeune, célibataire, instruit et possède tout ce dont une femme peut rêver. Seulement…
-Seulement… ?
-Il y a Sabrina.
Sa mère fronce les sourcils :
-Sabrina ?  Il ne veut pas s’encombrer bien sûr d’un enfant en bas âge…
-Mais non maman. Tu n’y es pas… Il... j’ai posé toutes mes conditions, il accepte de prendre Sabrina et de l’élever comme sa propre fille.
-Mais Sabrina a son père !

 


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER