Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Portrait de famille

47e partie

Résumé : Mouhoub est content de lui-même. Enfin il a pu trouver un travail et s’inscrire dans un collège. La chance lui sourira davantage, car son sérieux ne passe pas inaperçu.

 

Il était satisfait de lui-même et ne rechigne pas au travail. Il s’était inscrit dans un collège pour les après-midi, et se réveillait tous les matins avec le chant du coq pour courir au magasin.
Des années passent. Mouhoub récolte diplômes et savoir. Avec quelques économies, il avait pu s’acheter un petit studio. Sa bonne éducation et son sérieux lui attirèrent la sympathie de son patron et des clients. Si bien que ce dernier lui proposa un jour de travailler dans une imprimerie qui venait d’ouvrir ses portes.
-Avec ton instruction et ta jeunesse, tu iras loin, mon fils, lui dit-il.
Mouhoub, suivant le conseil de cet homme qu’il considérait plutôt comme un ami fidèle, ne tarde pas à envoyer sa demande d’emploi et on lui répondit au bout d’une petite semaine que, vu ses références, il pourra se présenter pour un test d’embauche dans les jours à venir.
C’est ainsi que par un beau matin, Mouhoub, le petit libraire du coin de la rue, se retrouve promu au poste de chef de section impression dans une imprimerie nouvellement lancée et qui utilisait déjà la rotative et les machines à écrire !
Une nouveauté en ce début du siècle.
Mouhoub venait de boucler ses 20 ans, et tous les rêves lui étaient permis !
Un jour, il eut la nostalgie du bled et pensa sérieusement à rendre visite à sa famille. Il sait que son père lui en voulait encore, car il n’avait reçu de réponse à aucune de ses missives. Mais en bon fils, il saura le persuader et lui faire entendre raison, en lui démontrant qu’en fin de compte, il avait réussi dans ses études et venait d’entamer une belle carrière.
Il demande un petit congé, prépare ses bagages, et cette fois-ci paye son billet de bateau sans trop de mal. Il avait même assez d’argent pour acheter quelques cadeaux et souvenirs à toute sa famille.
Hélas, à son retour, il ne retrouvera personne dans la veille maison de ses parents. Les gens du quartier lui apprirent que sa mère et son père étaient décédés. La nouvelle du frère aîné, tombé sur un front de guerre en Europe, les avait anéantis. Le second de ses frères, ne supportant pas le vide des lieux, avait préféré vendre la maison et partir s’installer ailleurs. Personne ne l’a plus revu depuis son départ qui remontait déjà à plusieurs mois.
S’en voulant à mort d’avoir abandonné les siens au moment où ils avaient le plus besoin de lui, Mouhoub s’assoit sur une marche d’escalier et, se prenant la tête entre les mains, se met à pleurer à chaudes larmes.
À la nuit tombée, il se rappelle que sa jeune tante germaine habitait autrefois sur les hauteurs de la ville et se demande s’il ne va pas encore découvrir d’autres surprises s’il se rend chez elle.
Mais elle était encore bien là. Un peu plus âgée, mais toujours solide sur ses pieds. Elle le reçut à bras ouverts et pleura avec lui. Mouhoub, malade de remords et de chagrin, passera plusieurs jours au lit.
Un matin, il se lève et prépare sa valise pour repartir en Europe. Désormais, c’est là-bas qu’il devrait vivre. Sa ville natale lui rappelle trop de souvenirs. Maintenant que ses parents ne sont plus là, il n’y aura plus de raison pour penser à rentrer ou même à venir passer ses vacances. Mais sa tante Malika l’en dissuadera.
Après tout, elle est sa famille elle aussi, et son fils Zouhir, qui vient d’atteindre 20 ans, sera toujours son cousin, son frère et son compagnon.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER