Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

48e partie

Résumé : Un soir, Mahmoud, chargé de collecter de l’argent chez certains commerçants de son quartier, vint rendre visite à sa famille dans la grande maison, où on l’accueille avec beaucoup de respect et de joie.

 

Le jeune homme embrasse son beau-père sur le front, mais Si Ahmed le prend dans ses bras, et le serre contre lui.
-Mon fils ! Cela fait plaisir de te revoir enfin après tant d’années.
Fetouma entre dans la pièce, et Lla Kheira lui lance :
-Ma fille, va vite servir le dîner, Mahmoud doit avoir une faim de loup.
Le jeune homme se retourne vers sa mère.
-Certes, j’ai une faim de loup mère, mais j’ai aussi peur des loups. Je ne devrais pas tarder, quelqu’un pourra vendre la mèche et on viendra encercler la maison.
- Qu’à cela ne tienne, rétorque Si Ahmed. Je vais faire le guet. Prend tout ton temps, mon fils, pour manger avec tes parents.
-Je n’aimerais pas vous exposer tous au danger.
-Nous ne subirons que la volonté de Dieu. Allez, Mahmoud, fais plaisir à ta mère qui se languissait de toi depuis de longues années.
Mahmoud ne se le fait pas répéter. Il se sentait sale et fatigué, et demande à Fettouma de lui préparer un bain et du linge propre.
Une fois lavé, il s’attable devant son dîner. Si Tayeb dévisageait son fils. Ce dernier goûtait sans transition à tous les mets déposés sur la table. Il mangeait vite et ne cessait de jeter des coups d’œil autour de lui. Le vieil homme comprenait amplement les préoccupations de son fils.
L’émotion était partout dans la maison, et les enfants s’étaient agglutinés à l’entrée de la chambre et regardaient leur père en silence.
-Tu venais aux nouvelles mon fils, ou bien es-tu en mission commandée ?, ose-t-il enfin demander.
Mahmoud se sert un grand verre d’eau avant de répondre :
-Je joins l’utile à l’agréable, père. On m’a chargé de collecter un peu d’argent auprès de nos commerçants. Comme je passais dans le quartier, je n’ai pu résister à l’envie de vous rendre visite.
Les enfants s’approchent. Mahmoud s’essuie la bouche et prend Meriem sur ses genoux, puis entoura de ses bras Rachid et Nacer qui venaient de s’asseoir à ses
côtés.
-Tu as bien grandi, toi, lance-t-il avec fierté à son aîné. Bientôt, tu seras l’homme de la famille sur lequel je pourrais compter dans toutes mes initiatives.
Bombant le torse, le jeune garçon rétorque :
-Je m’occupe déjà des courses et de l’entretien de la maison. Grand-père Tayeb compte beaucoup sur moi.
-C’est parfait, mon fils. Et à l’école ? Tu travailles bien ?
-J’ai toujours de très bonnes notes dans toutes les matières. Mes enseignants sont tous contents de moi.
Mahmoud lui caresse les cheveux.
-Je suis heureux de constater que, même absent, je n’ai rien à me reprocher.
Il s’essuie les yeux et reprend :
-Vous me manquez tous terriblement. Au milieu des bombes et des ratissages, je n’ai qu’un seul objectif : vous revoir tous un jour sous le ciel de l’indépendance, et ne jamais plus vous quitter.
Il relève les yeux vers son père, et ce dernier aura bien du mal à retenir ses larmes.
Fettouma qui s’était éclipsée revient avec un couffin de provisions, dans lequel elle avait jugé opportun de rajouter du linge propre et des médicaments.
Mahmoud la contemple un moment, et constate qu’elle aussi avait beaucoup maigri.
Elle avait même perdu son air insouciant, et ses fossettes, jadis très apparentes lorsqu’elle souriait, formaient un pli amer sur ses joues. Il détourne les yeux et rencontre le regard triste de sa mère. En face de lui, son père égrenait son chapelet.
Contre vents et marées, le vieil homme gardait cet air impassible qu’il lui avait toujours connu.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER