Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

49e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Anissa avait tenté d’amadouer son mari, et de le faire revenir sur sa décision de l’empêcher de travailler mais c’était compter sans sa rudesse Le lendemain, sa belle-mère l’attendait pour l’accompagner au hammam.

Anissa avait fini par accepter de l’accompagner au hammam. Cela faisait deux jours qu’elle suffoquait dans cette maison et avait besoin de prendre de l’air, et surtout de prendre un bain. Non sans un pincement au cœur, elle se rendit à l’évidence. Elle pouvait dire adieu à ses douches quotidiennes qui la revigoraient et lui permettaient de se détendre et de bien dormir.
-Alors, tu es prête ?
-Oui. Heu... je vais récupérer mon sac dans la chambre et je te suis.
Nassima, sa jeune belle-sœur, était venue garder la maison durant leur absence. C’était toujours ainsi chaque fois que Zahia avait une sortie. Elle ne pouvait se résoudre à laisser sa vieille mère seule ou en compagnie du vieux Ahmed, qui n’était pas d’un grand secours.
-Bon bain, lance Nassima, en refermant la porte derrière elles.
Anissa aide sa belle-mère à descendre jusqu’au rez-de-chaussée, et lui prend son sac :
-Il n’est pas trop lourd, laisse-moi le porter.
-Le hammam est juste à l’angle de l’immeuble qui nous fait face. À l’heure qu’il est, nous n’allons pas trouver grand monde et tant mieux, nous pourrons nous laver à l’aise.
Zahia était essoufflée. Elle marchait difficilement, et Anissa constate qu’elle boitait quelque peu :
-Mon rhumatisme fait des siennes ma fille.
Elle reprend son souffle :
-Je manque d’exercice aussi, il faut le dire. Il ne m’arrive plus de sortir autant qu’auparavant. Depuis que ma mère est chez moi, je suis devenue prisonnière des circonstances.
Elle s’arrête et reprend son souffle :
-Les médecins me demandent de faire un régime pour perdre du poids, mais je ne maigris pas.
-Il va falloir que tu suives régulièrement une diète. Tu devrais éliminer les pâtes, le pain, les sucreries, les légumes secs.
-Et que vais-je donc manger, ma fille ?
-Des légumes frais, des fruits, de la viande, de préférence blanche, et du poisson.
Zahia s’arrête et s’appuie à un mur en s’éventant avec son mouchoir :
-Je ne pourrais jamais suivre un régime. Cela pèsera énormément dans la balance financière de la famille. Nous nous contentons de manger souvent sans viande, ni poisson. Il m’arrive d’acheter bien sûr, de temps à autre des légumes, mais les fruits sont un luxe pour nous. Mourad en ramène quelquefois, si cela peut te rassurer.
Anissa se dit qu’elle n’avait pas encore fini de découvrir des surprises. Voilà encore un autre volet auquel elle ne s’attendait pas. Son mari travaille et son beau-père avait une pension. La famille n’était pas nombreuse pour se priver autant. Chez elle, ce n’était pas le cas. On mangeait bien et à satiété.
Elles venaient d’arriver au hammam. Zahia salua la patronne qui se tenait majestueusement derrière son comptoir. Elle jette un coup d’œil à Anissa, et sourit, dévoilant des dents en argent :
-C’est ta nouvelle belle-fille Zahia, n’est-ce pas ?
-Oui, elle est chez nous depuis deux jours.
-Je la trouve très belle. Sois la bienvenue dans mon hammam, ma fille.
Elle prend un flacon et asperge Anissa de  quelques gouttes de fleurs d’oranger.    
-Que ton passage soit béni et que tes jours soient heureux.
-Merci, murmure Anissa, avant de suivre sa belle-mère qui s’était dirigée vers un banc pour s’asseoir et reprendre son souffle.
La jeune femme déballe leurs affaires et se dévêt, avant de s’enrouler dans un pagne. Zahia en fera de même et elles pénétrèrent dans la chambre chaude, qui à cette heure de la journée, était pratiquement vide. Un heure et demie plus tard, elles étaient de retour à la maison.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER