Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le voyou

50e partie

Résumé : Farid installe “son” agence immobilière dans son studio. Il repense à sa femme, à qui il mentait souvent. Mais se reprend et appelle Lamia. Cette dernière se rendait à la banque et il accepte de l’accompagner.

 

Il se rappelle tout à coup qu’il n’avait pas de véhicule, et rectifie :
- Je t’accompagnerais avec plaisir, Lamia, si j’avais mon véhicule. Mais il se trouve que je l’ai laissé chez le mécanicien ce matin pour une révision. Si tu veux bien m’attendre, je pourrai toujours prendre le bus.
- Non, il n’en est pas question.
Déjà que je suis en retard. Je te rappellerai ce soir, et si tu n’y vois pas d’inconvénient, nous nous reverrons demain et tu me feras visiter ton agence.
- Avec grand plaisir, ma chère amie.
Il raccroche et descend au rez-de-chaussée pour coller une étiquette sur sa boîte aux lettres “Agence immobilière - 2e étage”.
Il avait failli oublier ce petit détail fort important. “Heureusement que je suis perspicace”, se dit-il, satisfait de lui-même.
Après avoir flâné comme à ses habitudes un moment dans la rue, il décide de retourner au quartier et rencontre Karima au bas de l’immeuble.
- Où vas-tu comme ça, toi ?
- À l’école ! Tu oublies que je travaille ?
- Je pensais que tu partais plus tôt.
- Ah bon ? Tu connais mes horaires maintenant ?
- Non. Le plus souvent tu pars vers 7h30, donc tu as un premier cours à 8h00. C’est bien ça ?
- Oui. Mais je donne aussi des cours dans l’après-midi. Parfois à 13h00, d’autres fois à 15h00. J’ai deux journées de libre par semaine, et...
Farid l’arrête d’un geste
- Cela suffit. Je ne suis pas là pour contrôler tes sorties.
Elle met les mains sur ses hanches et le nargue :
- Pourquoi me poses-tu alors toutes ces questions ? Et puis, toi non plus, tu n’as pas l’habitude de rentrer à une telle heure de la journée. C’est vraiment bizarre de te revoir de sitôt.
Un peu désarçonné, Farid reprend d’une voix plus calme.
- Il y a une bonne raison. Tu veux savoir pourquoi je rentre à cette heure-ci ?
Comme elle ne bougeait toujours pas et qu’elle soutenait son regard, il juge opportun de poursuivre :
- Je suis revenu prendre les bijoux. Je pensais que tu aimerais m’accompagner chez un joaillier pour avoir une idée sur leur valeur.
Convaincue par l’argument avancé par son mari, la jeune femme hésite avant de lancer :
- Je ne sais pas trop.
Elle jette un coup d’œil à sa montre.
- Je vais être en retard. Mes élèves m’attendent pour le cours de français. Débrouille-toi pour les bijoux. Tu me rendras compte ce soir.
- À ta guise, ma chérie. Rends-toi à l’école et retrouvons-nous ce soir.
Ils se quittèrent, et Farid monte dans sa chambre pour récupérer la boîte à bijoux. Il se met à réfléchir un instant. ​Après tout, pourquoi les vendre ? Il soulève le couvercle de la boîte et recompte les bijoux, puis la referme. Il se met à réfléchir et se décide enfin. Il va les hypothéquer, comme ça sa femme pourra les récupérer plus tard. Tiens ! Il devient consciencieux ! “Tu deviens faible, Farid, se dit-il. Tu commences à vieillir, sacré bonhomme.”
Il sent qu’au fond de lui-même il n’était pas aussi mauvais qu’il le paraissait.
Cela lui faisait même un peu mal de devoir jouer à ce jeu. Toutefois, il ne comprenait rien à cette envie d’escroquer les gens. C’était plus fort que lui. Sa vie durant, il n’a eu recours qu’aux vols et aux chapardages. Et ce n’est pas à la lisière de la quarantaine qu’il va changer. Un jour peut-être, il arrivera à dompter ses démons et se stabilisera. Peut-être s’installera-t-il sous d’autres cieux ? Pourquoi pas ?


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER