Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

51e partie

Résumé : Les journées s’égrènent et Anissa n’aura d’autre choix que celui de supporter les sautes d’humeur de son mari. Un jour, elle découvrira qu’elle était enceinte. En l’apprenant, Mourad n’aura aucune réaction.

 

Anissa connaîtra des moments très délicats. Elle ne pouvait sortir, ni recevoir ses amies, ni téléphoner régulièrement à sa famille, et de ce fait, se sentait coupée carrément du monde extérieur.
Quelquefois, cependant, Mourad l’emmenait faire des courses. Elle trouvait ces rares sorties assez distrayantes, et s’en contentait. D’ailleurs, que pouvait-elle faire d’autre, si ce n’est s’incliner devant ces exigences d’une autre époque que lui imposait son mari.
Ce dernier ne cessait de la brutaliser et de la malmener. Toutes les occasions étaient bonnes pour lui, pour la rabaisser et démontrer son autorité. Anissa deviendra alors son souffre-douleur, tout comme ces femmes soumises, dont elle entendait parler au bureau, et pensant plus à l’enfant qui va naître qu’au comportement indécent de son mari, elle prendra son mal en patience.
Peut-être changera-t-il d’attitude envers elle  lorsqu’elle va mettre leur bébé au monde.
Mais ce ne sera pas le cas.
Elle sera prise par les premières douleurs de son accouchement, une nuit d’hiver, froide et pluvieuse. Mourad la conduira tant bien que mal à l’hôpital le plus proche, dans son vieux véhicule. Les soubresauts de ce dernier provoqueront une hémorragie à la jeune femme, qui a dû subir, en urgence une césarienne. Enfin, son bébé était là !
À son réveil, elle est subjuguée par ce petit être tout rose, qu’on venait de lui ramener et qui gigotait dans ses bras.
C’était une jolie petite fille, au visage rond, qui tentait d’ouvrir ses yeux, et affichait déjà une petite moue dédaigneuse. Anissa se sentit si heureuse qu’elle oubliera ses souffrances. Pas pour longtemps. Le soir même, Mourad, qui ne daigna même pas jeter un coup d’œil au bébé, lui reprochera de ne pas lui avoir donné un garçon. Sidérée, Anissa s’écrie :
-Mais cela ne se commande pas Mourad, tu le sais très bien. Estime-toi plutôt heureux que notre enfant soit en bonne santé et sans aucune malformation congénitale.
-Dans le cas contraire, je l’aurais jetée à la poubelle, lui lance-t-il avant de quitter promptement la chambre.
Contrairement à leur fils, la famille de Mourad, était heureuse d’accueillir un nouveau-né dans la maison. Zahia ne tarissait pas d’éloges sur la beauté et la grâce de sa petite-fille, et les deux belles-sœurs d’Anissa offrirent chacune de beaux cadeaux au bébé, et préparèrent des gâteaux pour fêter l’évènement.
Trois années passent. Anissa ne vivait plus que pour sa fille Ilham qu’elle aimait plus que tout au monde. Elle l’avait inscrite dans une crèche du quartier, la déposait, et la ramenait chaque jour.
Bien que Mourad n’était pas de cet avis, la jeune femme avait insisté pour que leur fille suive les progrès de son époque et retrouve son monde auprès des enfants de son âge. Enfin, elle aura gain de cause.
Pour éviter d’écorcher le budget familial par une dépense jugée superflue par son mari, elle piochera dans ses anciennes économies.
Dans deux années, Ilham sera au préscolaire, et elle pourra souffler. Anissa repense aussi à l’aide proposée par sa famille pour prendre en charge leur petite-fille.
Mais la jeune femme avait catégoriquement refusé. Elle n’avait jamais pardonné à ses parents de l’avoir “vendue” à ce fou, qui depuis 4 ans, rendait son quotidien infernal.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER