Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le voyou

55e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Karima ne semble pas convaincue par les dires de son mari. Elle veut vérifier la véracité de ses propos et lui demande de lui faire visiter cet appartement qu’il prétend avoir acheté. Il passe sous le joug et acquiesce.

Elle sort de la chambre, et Feriel la suit. Elle venait de terminer son goûter et avait les lèvres et le nez barbouillés de chocolat et de confiture. Karima l’emmène dans la salle de de bain pour la laver, puis revient et prend son sac.
-Allons-y, Farid.
Situé sur les hauteurs de la ville, un peu à l’écart de l’autoroute, l’appartement en question était assez spacieux et sentait la peinture fraîche. Il comportait deux pièces, un salon, une cuisine, une salle de bain, un couloir séjour et deux balcons.
Karima est ébahie. Feriel sur ses pas, elle passait de pièce en pièce, puis revenait dans le séjour, avant de reprendre sa course sans se lasser. Plus d’une heure passe. Farid se rappelle soudain que Lamia devait le rappeler au studio vers la fin de la journée.
Il jette un coup d’œil à sa montre et constate qu’il était tard. Il était grand temps de quitter les lieux. Il arrête alors sa femme dans son élan et lui demande de rentrer.
-On est presque au crépuscule, ma chérie, je crois qu’il est temps de rentrer au bercail.
Karima secoue énergiquement la tête.
-Quel bercail ? Tu veux dire chez mes parents ?
Elle agite ses mains.
-Je ne veux plus retourner là-bas, Farid. Désormais je suis chez moi ici, et personne ne m’en fera sortir.
-Oui. Je le conçois. Nous allons bientôt emménager et tu seras chez toi pour de bon, ma chérie.
-Je veux emménager tout de suite, Farid.
-Mais... Il y a un tas de choses à faire encore avant de pouvoir prendre possession des lieux.
-Quelles choses ? Tu parles de la paperasse ou de tes créanciers ?
-Des deux. Il y a aussi les affaires à empaqueter.
-Ça, c’est mon problème, je pourrais faire nos valises en une heure.
-Mais il y a encore quelques formalités et...
Elle l’interrompt.
- Quelles formalités ? Je t’ai remis assez d’argent pour régler tes dettes. Je pense que cet appartement m’appartient autant qu’à toi.
-Absolument, mon ange. Mais nous devrions rentrer pour ce soir.
Elle se laisse tomber sur le sol et croise les jambes.
-Si tu veux rentrer, vas-y. Moi je reste ici avec Feriel. Tu me ramèneras une couverture et mon cartable.
Farid l’exhorte à se relever.
-Allons, Karima ! Je suis heureux de constater que l’appartement te plaît. Mais soyons raisonnables. Personne n’emménage de cette façon.
Il jette un autre regard à sa montre.
-J’ai un rendez-vous important, ma chérie. Je vais devoir m’y rendre tout de suite.
Elle fronce les sourcils.
-Un rendez-vous ? Avec qui ?
-Avec un type qui doit venir ici demain pour monter une porte de sécurité. Tu penses bien que nous n’allons pas laisser notre appartement sans protection.

(À suivre) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER