Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

55e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Mourad n’était pas content de savoir que sa femme était bien prise en charge dans cet hôpital. Elle recevait des médecins, et cela le rendait bien jaloux. Une infirmière arrive sur les faits et conseille Anissa de prendre son avenir en main.

Elle soupire.
-Pour commencer, je vais me mettre sans tarder à chercher un boulot. De nos jours, ce n’est pas facile, mais qui ne tente rien n’a rien.
-Voilà une sage décision. Et si vous trouvez du boulot, que feriez-vous ?
-Je vais demander le divorce, bien sûr.
-Et s’il refuse de divorcer ?
-Je quitterai la maison en emmenant ma fille. Cela ne jouera certainement pas en ma faveur, mais il faudra bien que je passe par là.
-Demandez au médecin de vous établir des certificats d’incapacité physique.
Elle secoue la tête et poursuit :
-Si vous aviez consenti à déposer une plainte, vous auriez eu gain de cause sur toute la ligne.
-Mourad aurait trouvé d’autres arguments pour m’incriminer.
-Quels arguments ? La police a déjà établi son rapport. Des enfants de l’âge de votre fille disparaissent tous les jours. Heureusement pour vous, elle n’était pas trop loin de la ville, ou n’avait pas été kidnappée. Par contre, la conduite de votre mari est blâmable en tous points. Si Ilham se trouvait avec lui au moment où elle s’était égarée, aurait-il réagi de la même manière ?
Anissa garde le silence. Ici sur son lit d’hôpital, elle découvre, horrifiée, que les années sont passées, sans qu’elle ait pu faire quoi que ce soit pour elle ou pour sa fille.
Elle s’était contentée de suivre le train-train quotidien de son existence monotone et de supporter le caractère acerbe de son mari, sans aucune réaction.
En vérité, elle était la seule à blâmer dans ce qui lui arrivait. Où est donc passée la femme de caractère qui savait s’imposer, résister et affronter tous les aléas sans appréhension et sans détour ?
Elle soupire. Ses parents étaient pour beaucoup dans ce qu’il lui arrivait. Pour ne pas les décevoir, elle avait sacrifié sa vie.
Maintenant, si elle ne réagit pas à temps, c’est sa fille qui paiera le tribut de son comportement et de sa négligence.
L’infirmière venait de s’éclipser. Anissa se demande si Ilham dormait encore ou jouait avec sa poupée. Cet homme qui l’avait renversée, comment s’appelle-t-il déjà ? Azzedine. Cet homme lui avait semblé aussi anxieux qu’elle-même.
Il doit avoir des enfants et comprenait les réactions des parents dans de tels cas. Néanmoins, il était venu plusieurs fois prendre des nouvelles de la petite, et lui avait offert des jouets.
Un geste qui renseignait amplement sur son éducation et son savoir-vivre.
Un bruit lui fera relever la tête. C’était le médecin qui revenait. Il ébauche un sourire puis demande :
-Il est parti ?
-Qui donc ?
-Votre mari, bien sûr.
-Oui, il vient de partir.
Dr Malek tire une chaise pour
s’asseoir.
-On devine un peu ce que vous subissez avec cet homme rien qu’à sa manière de s’adresser à vous.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER