Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

58e partie

Résumé : Une semaine passe. Anissa et sa fille récupéraient bien. Un matin, alors qu’on était au week-end, elles reçurent la visite de Azzedine. Ce dernier offrit un tas de petits cadeaux à Ilham, qui le remerciera en l’appelant papa.

 

La jeune femme fronce les sourcils et jette un regard curieux à sa fille :
-Voyons Ilham, ce monsieur est certes gentil, mais il n’est pas ton père. On dit : merci monsieur.
L’enfant était au bord des larmes :
-C’est parce qu’il est gentil que je veux qu’il soit mon papa.
-Mais Ilham, on ne choisit pas son père. On….
Anissa sentit les larmes mouiller son visage. Sa fille accourt vers elle et se jette dans ses bras :
-Ne pleure pas maman. Si tu ne veux pas que je l’appelle ce monsieur papa, je ne le ferais plus.
Déphasé par ce qu’il venait d’entendre, Azzedine lance d’une petite voix :
-Je suis navré madame, j’étais loin de deviner que ma visite allait provoquer un incident.
Il se lève pour partir, mais Anissa le retint :
-Non… ne partez pas. C’est à moi de m’excuser Azzedine, pas à vous. Ma fille manque d’affection paternelle, comme vous le voyez. C’est ce qui provoque chez elle ces réactions impromptues.
Elle essuie ses larmes :
-Mon mari nous fait subir quotidiennement des misères, et Ilham cherche refuge chez toutes les personnes qui sont gentilles avec elle. Un dilemme pour son âge. Plus tard, je ne sais pas comment elle va réagir, mais d’ores et déjà, je pense faire appel à un psychologue. Peut-être arrivera-t-il à mettre un peu d’ordre dans son subconscient.
Azzedine se rassoit :
-Je... je ne sais quoi vous dire. J’ai déjà appris un tas de choses sur le comportement de votre mari auprès de l’inspecteur Omar. Un homme brutal, m’a-t-il dit, qui n’a pas hésité à vous agresser en pleine rue.
Il se passe une main dans les cheveux, puis poursuit :
-Un homme agressif ne pourrait être un bon père. Je pense que c’est ses scènes de colère qui ont marqué votre petite.
Anissa acquiesce :
-Oui... entre autres.
Elle regarde Ilham qui venait d’ouvrir la boîte de crayons de couleur et cherchait dans le sac un nouveau cahier de coloriage.
-Ma fille me fait de la peine. Je me suis accrochée à elle pour survivre et égayer ma triste vie, et elle s’est habituée le plus à ma
présence.
Elle soupire :
-Il y a quelques jours, elle m’a dévoilé qu’elle n’aimait pas son père. C’est quelque chose que j’avais déjà pressentie, mais de là à l’entendre crûment de sa propre bouche, cela m’a provoqué un choc.
-La vérité sort toujours de la bouche d’un enfant.
-Je le conçois, cependant je pensais qu’Ilham était trop jeune pour comprendre et…
-Non madame. Détrompez-vous. Je dirais plutôt qu’un enfant enregistre tout ce qu’il entend et tout ce qu’il voit. C’est pour cela que les spécialistes déconseillent aux parents de faire des scènes devant leur progéniture.

 


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER