Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

58e partie

Dessin/ALi Kebir

Résumé : Pendant que Fettouma et les garçons fêtaient l’indépendance, Si Tayeb repensait à son fils Mahmoud, et à tous ceux qui étaient tombés en martyrs pour que vive l’Algérie. Sentant sa fin proche, il demande  à Lla Z’hor et à Si Ahmed  de prendre soin des enfants.

Si Ahmed lui prend les mains  :
-Ne t’en fais donc pasb Si Tayeb, tes petits-enfants sont les nôtres aussi. Ils ne manqueront de rien, et puis, ils ont leur mère. Fettouma est aujourd’hui une femme accomplie. La guerre l’a bien mûrie. Elle n’est plus cette femme-enfant qui a épousé Mahmoud, il y a de cela plus de 16 ans. Tu as notre promesse, Si Tayeb… Tant que nous serons de ce monde, nous n’allons abandonner ni notre fille ni ses enfants.
-Merci Si Ahmed. Je voulais m’entretenir avec toi sur ce sujet, mais chaque fois que j’essayais  de l’entamer, Fettouma intervenait. Et je ne voulais pas l’alarmer davantage, déjà qu’elle est assez fragilisée par la disparistion de son mari et de Kheira.
-Que Dieu ait leur âme, lance Lla Z’hor.
-Mais je veux surtout Si Ahmed, que tu t’occupes de la gérance des magasins. Certes, jusqu'à ce jour, je n’ai pas eu à me plaindre de mes employés, mais sait-on jamais ce qui pourrait arriver quand je ne serais plus là.
-Je m’en occuperais. Promis. Mais assez parlé, Si Tayeb. Essaye de dormir un peu. Le repos te fera du bien, et tu pourras bientôt reprendre tes forces.
Si Tayeb sourit :
-Tu oublies mon ami que je vais sur mes 82 ans... J’ai déjà fait de vieux os dans ce monde, et je n’aimerais point être une charge pour les autres. J’ai fait mon temps. Et je dois céder la place aux autres pour assurer leur avenir. Rachid sera bientôt adulte et pourra t’aider.
-Rachid travaille bien à l’école. J’aimerais plutôt qu’il songe à poursuivre ses études et à décrocher de bons diplômes.
-Oui… C’est mon souhait le plus cher pour mes  trois petits-enfants. Mais il faudra aussi les initier aux affaires. Tous mes biens leur reviendront un jour.
-Pour cela, ils sont déjà un peu initiés par leur mère. Tu oublies que Rachid passe le plus clair de son temps libre dans tes magasins.
C’est ce que m’avait dit Fettouma l’autre jour…
-Dieu soit loué, je laisse une descendance qui reprendra et mon nom et mes biens.
-Dieu en soit loué.
Fettouma et les enfants revinrent essoufflés et rouges d’émotion. La jeune femme rejette son haik et se laisse tomber sur une chaise en s’éventant :
-Quelle chaleur il fait. Nous avons fait une longue tournée à travers la ville… Je suis épuisée. Meriem… Meriem…
La petite fille qui était sagement restée dans sa chambre, accourt :
-Oui Maman ?
-Prépare-nous donc une citronnade.
La petite fille s’empresse de presser quelques citrons et d’en remplir un pichet d’eau dans lequel elle rajoutera quelques cuillerées de sucre. Elle dépose des verres sur la table basse et se met à les remplir de ce breuvage rafraîchissant.
Rachid brandit son drapeau :
-Vois-tu grand-père Tayeb, j’étais fier de voir flotter notre drapeau sur tous les toits et les balcons. C’est un grand honneur pour nous d’avoir enfin notre indépendance.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER