Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

59e partie

Résumé : Azzedine était un peu embarrassé par la scène qu’il venait de vivre. Il voulait partir, mais Anissa le retint, et lui dévoile que sa fille souffrait d’un manque d’affection paternelle. L’homme lui rétorque qu’Ilham souffrait sûrement des scènes de violence qu’elle vivait auprès de ses parents.

 


Anissa soupire encore.
-Dieu seul sait combien de scènes de violence a dû subir cet enfant.
L’homme se racle la gorge avant de demander :
-Pourquoi ne réagissez-vous pas ?
Anissa ferme les yeux. Cette question, elle se l’était elle-même posée à maintes reprises.
Mais elle n’avait jamais eu le courage d’aller jusqu’au bout et de relever le défi.
-Je vais devoir réagir sans plus tarder pour assurer l’avenir de ma fille, répondit-elle enfin. Cependant, comme je l’avais précisé au Dr Malek, je dois tout d’abord me dénicher un petit boulot. Certes, j’ai encore quelques petites économies, mais elles me permettent à peine de payer la crèche d’Ilham. Et puis, je dois aussi chercher un logement.
Elle passe la main sur son visage.
-À ce rythme, je ne pourrai jamais quitter Mourad. Il y a trop d’inconvénients qui se dressent sur mon chemin.
Azzedine garde le silence. Il réfléchissait. Au bout de quelques minutes, il lance :
-Je vais voir ce que je pourrais faire pour vous.
-Vous voulez dire que vous allez...
-Vous aider tout d’abord à trouver du travail. Le reste sera alors plus facile pour vous.
-Si vous pouvez m’aider à trouver un boulot, je serai déjà bien
avancée.
Il sourit.
-Je pense que vous en avez encore pour un bon bout temps ici à l’hôpital.
-Je n’en sais rien. Les médecins disent que je ne pourrais quitter les lieux avant que mes lésions ne soient totalement cicatrisées, et puis il y a aussi ces séances de rééducation que je dois entamer dès qu’on m’enlèvera le plâtre. Et il y a aussi Ilham. Il va falloir la suivre de près pour sa blessure à la tête.
-Je me suis déjà renseigné sur son compte. Malek m’a certifié que, vu son âge, tout est déjà rentré dans l’ordre ou presque. Ils vont devoir lui faire encore quelques examens et un scanner, puis elle pourra tout bonnement rentrer à la maison. Le repos fera le reste.
-Rentrer à la maison !
Anissa soupire.
-J’aurais voulu prendre ma fille loin de son père.
-Hélas ! Vous ne pourrez le faire avant d’avoir préparé le terrain. Sinon vous serez accusée d’abandon de foyer, avec tous les torts qui s’y réfèrent.
Anissa se met à contempler ses mains, puis demande :
-Et pour le boulot ? Comment vous allez faire ?
-Je vais en parler à mon directeur. Je travaille dans une école qui souffre d’un manque de personnel administratif. Vous savez manipuler un ordinateur ?
Elle rit.
-Je suis diplômée en informatique. Avant mon mariage, j’occupais un poste d’informaticienne dans une grande boîte.
-Alors je pense qu’on n’aura aucun mal à vous faire recruter dans mon école. Votre diplôme et votre expérience seront un atout considérable.
Elle ne répondit pas. Son esprit vagabondait. Elle se revoyait encore célibataire et insouciante, avec son sac à main et ses tenues très chic, se rendant tous les matins à son bureau.
Azzedine se racle la gorge pour la tirer de ses méditations.
-En tous les cas, vous avez la chance d’avoir cette adorable petite fille auprès de vous.
-Oh oui ! C’est ma plus grande consolation. Malheureusement, elle n’est pas mieux lotie que moi auprès de son père.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER