Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Si ma vie m’était contée

5e partie

Résumé : Le mariage est rapidement conclu. Yamina est heureuse et découvre un autre monde. Son mari l’emmène en croisière. Maintenant, elle rêve à d’autres projets. Son mari lui demande de les lui dévoiler.

 

Il sourit.
-Parfait. Alors fais-moi partager tes desseins.
-Pas dans l’immédiat, Slimane.
-Pas dans l’immédiat ?
Il ouvrit les mains.
-Je ne vois aucune raison à tes réticences.
-Je ne veux pas t’encombrer avec mes folies.
-Quelles folies ? Tu désires acquérir un beau bijou, un véhicule, ou prolonger nos vacances ?
Elle rit encore et lui donne une tape dans le dos.
-Tu n’y es pas du tout. Je voulais
juste...
-Quoi ?
-J’imaginais nos enfants.
Slimane ne répondit pas tout de suite. Il toussote, puis relève les yeux vers sa femme.
-Ne trouves-tu pas qu’il est encore trop tôt pour un tel projet ?
-Trop tôt ?
-Je veux dire que nous venons à peine de nous marier. Je te suggère plutôt de savourer la vie et de goûter à ses joies, avant de plonger dans le monde des enfants et des responsabilités familiales. Je trouve qu’un couple sans enfant est bien plus libre dans ses mouvements.
Intriguée, Yamina demeure sans voix. Il l’attire vers lui et passe une main caressante dans ses cheveux.
-Ma chérie. Je ne veux que notre bonheur, tu le sais bien.
-Je le conçois. Mais ce bonheur ne sera pas complet sans une progéniture.
Il lui prend le menton.
-Nous en reparlerons au moment opportun, veux-tu ?
-Je pensais que tu aimerais avoir rapidement des enfants. Tu es resté trop longtemps célibataire, Slimane.
-Tu fais référence à mon âge, Yamina ? Un peu gênée par sa réplique, elle baisse les yeux.
-Excuse-moi si je t’ai offusqué, mais je voulais juste te rappeler qu’il faut rattraper le temps perdu, mon chéri. N’aimerais-tu pas avoir une descendance pour assurer ta succession ?
Il secoue la tête.
-Qui n’aimerait pas assurer sa succession dans ce monde ? Mais chaque chose en son temps.
Il lui entoure la taille et l’entraîne vers l’intérieur du salon, où un orchestre jouait des morceaux de musique romantique.
-M’accordes-tu cette danse, ma biche ?
-Je ne sais pas danser.
-On va remédier à ça tout de suite.


(À suivre)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER