Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

La brûlure de la braise

5e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Je voulais écrire quelque chose d’inédit, basé sur des faits réels. Saâd me propose le récit de sa vie. Sans blague ! Il voulait me parler de son passé, mais il voulait qu’on soit seuls.

Je fronce les sourcils :
-Nous sommes dans la salle de rédaction et…
Il m’interrompt :
-Je sais, mais…
Il jette un coup d’œil à sa montre :
-Ce sera bientôt l’heure de la réunion, nous n’avons pas assez de temps pour aujourd’hui.
Je repose mon stylo :
-Demain alors…
-C’est ça. Heu… Si je ne suis pas trop bousculé, nous pourrions nous retrouver ici en début d’après-midi.
Je jette un coup d’œil hâtif sur mon planning :
-Sauf changement de programme, à part mon billet quotidien, je n’ai rien prévu pour demain. Ce sera donc parfait pour un rendez-vous dans l’après-midi.
- Alors c’est OK.
À ce moment précis, d’autres collègues se joignent à nous. Il était temps de tenir cette réunion et de songer enfin à quitter la rédaction.
La journée déclinait. Je venais de prendre la route pour rentrer enfin chez moi. La circulation était dense à cette heure de la journée. J’avais mis la radio et écoutait évasivement les derniers infos de la journée. En somme, rien de neuf à ce qu’on avait déjà récolté à la rédaction. Un camion me dépasse, et je me rabats de justesse sur le côté. Le chauffard actionne fortement son klaxon, pour insinuer qu’une femme au volant n’était pas un obstacle pour lui. Je pince mes lèvres pour empêcher quelques expressions, pas très flatteuses, de sortir de mon gosier…
Je me remets dans la file des conducteurs patients et tente de faire le vide dans mon esprit pour débarrasser mon cerveau des “poussières de la rédaction”. Soudain, l’image de Saâd s’impose à mes yeux. Ah ! celui-là !... Pourquoi voulait-il donc me raconter sa vie ?
Aussi loin que remontent mes souvenirs, je le revoyais toujours souriant, toujours affable et prêt à rendre service.
Il était aussi considéré, et à juste titre, je dois le reconnaître, comme l’un des meilleurs journalistes de la rédaction.
Un parcours sans encombre dans différents quotidiens, un recueil de poésie, déjà publié, qui avait eu beaucoup de succès, des essais, des nouvelles et quelques tentatives d’édition en cours.
Sa vie familiale semblait le combler. Il était marié et père de deux enfants. Son épouse, fort belle,  était cadre supérieur dans une administration.
Un tableau sans ombre… Il lui arrivait de temps à autre de me rapporter quelques anecdotes sur sa petite famille, sans pour autant démontrer de la nervosité ou de la lassitude. Il était, tout simplement, heureux, et n’attendait plus rien de plus, sauf peut-être une promotion dans notre quotidien.
Il nourrissait aussi l’espoir de voir ses enfants réussir dans leur vie, et de devenir un jour grand-père, des souhaits forts légitimes et propre à tout être humain normalement constitué.
Et son passé dans tout cela ?

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER