Autres / Récit de Yasmina Hanane

Si ma vie m’était contée

60e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Deux jours après sa visite à la maison, Dr Ramdane passera au magasin pour s’entretenir avec Yamina. Slimane n’était pas en aussi bonne santé qu’on voulait le lui faire croire. Il avait trop fumé, et les conséquences s’en faisaient ressentir.

Ramdane tapote la main de la jeune femme.
-Il pourra encore vivre de longues années, s’il se reprend à temps. Mais s’il continue à fumer et à vivre comme il l’a toujours fait, son corps ne résistera pas trop longtemps.
-Vous voulez dire que mon mari est condamné docteur, demande Yamina d’une voix tremblante.
-Condamné. Je n’aime pas trop ce mot. Un bon médecin ne peut dire de son malade qu’il est condamné, même si c’est la réalité. Cependant, comme la mort et la vie sont du ressort du Créateur, nous savons que, parfois, ces malades que nous condamnons se relèvent et reprennent une vie plus saine.Yamina, vous êtes une femme formidable, et Slimane a de la chance de vous avoir auprès de lui. Je sais qu’il vous aime et qu’il vous écoute plus que quiconque d’autre. Demandez-lui de bannir la cigarette et de mener une vie plus ordonnée. Il n’est plus tout jeune, comme vous le savez, et la vieillesse n’est pas une partie de plaisir pour le corps.
-Oui. Que dois-je faire, docteur ?
-Le suivre de près. Il doit avoir un régime alimentaire plus équilibré et plus sain. Légumes, fruits, viandes blanches, poissons. Incitez-le aussi à faire de longues balades à pied pour faire travailler ses muscles et aérer ses poumons. Vous êtes la seule qui pourra l’aider à reprendre pied.
Yamina acquiesce.
-Je ferai de mon mieux, docteur. Mais je ne comprends pas pourquoi ne pas lui avoir dit la vérité. Il saura au moins que sa santé lui fait
défaut.
Ramdane secoue la tête.
-Je ne voulais pas l’alarmer. L’illusion d’être toujours en forme et en bonne santé peut parfois aider le patient à traverser une mauvaise période.
Pour le moment, laissons-le croire que ses analyses sont parfaites, et que hormis ce taux de cholestérol un peu élevé, que nous pouvons traiter sans trop de mal, il ne souffre d’aucune maladie.
Yamina regarde le médecin, puis baisse les yeux. Elle était assise devant sa caisse, et quelques clientes attendaient pour payer leurs achats. Le médecin s’en rendit compte, et se fondit en excuses.
-Oh ! Je suis désolé. J’ai perturbé votre boulot, Yamina.
-Je devrais plutôt vous remercier d’être venu au magasin pour me parler de l’état de santé de mon mari. Vous êtes un bon médecin Dr Ramdane, et n’importe qui d’autre ne se serait sûrement pas donné autant de peine.
-Je suis avant tout un ami à Slimane, ne l’oubliez pas.
-Je ne l’oublie pas. Merci encore pour votre sollicitude, docteur. Je vais suivre vos conseils et surveiller mon mari de plus près.
-C’est ce que vous aurez de mieux à faire, Yamina.

(À suivre) Y. H.