Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

60e partie

Résumé : Azzedine veut aider Anissa à dénicher un boulot. Justement, dans son école, on manquait de personnel administratif. La jeune femme se revoyait célibataire et insouciante.

 

Elle avait pourtant de la chance d’avoir Ilham
à ses côtés.

Azzedine se lève.
-Je reviendrai bientôt, Anissa. Vous permettez que je vous appelle par votre prénom, n’est-ce pas ?
Elle sourit.
-Mais bien sûr. Dites-moi, nous nous connaissons à peine, et je n’ai cessé de parler de moi, sans rien connaître de votre vie. Vous devez vous aussi avoir une famille, une épouse, des enfants.
Il secoue la tête.
-Pas du tout, je vivais avec mes parents jusqu’à leur décès, puis je me suis marié.
Hélas, ma femme est décédée il y a quelques années. Nous n’avons pu avoir d’enfant, car elle souffrait d’une anomalie congénitale.
-Oh ! je suis désolée.
Il secoue la tête.
-À chacun son destin. Je ne me plains pas trop du mien, lorsque je rencontre des gens plus malheureux.
-Comme moi.
Il ébauche un sourire.
-Je pense qu’avec un peu de chances, vous allez vous en sortir, Anissa. Parfois, il suffit de réagir à temps.
-Je compte sur vous pour ce poste de travail alors.
-J’en ferai une affaire personnelle. Promis.
Ilham s’était approchée, et il la soulève dans ses bras.
-Tu me montreras tes coloriages la prochaine fois, ma chérie.
Elle hoche la tête, encore entourée de bandages.
-Je n’ai pas encore terminé mes dessins.
-Alors nous allons revoir tout ça ensemble.
Elle lui met les bras autour du cou et l’embrasse.
-Tu es très gentil, très gentil.
Ému, il la redépose.
-Si tu me promets de rester sage et d’écouter maman, je te ramènerai d’autres cadeaux.
-Promis. Promis, lance l’enfant en sautillant.
Anissa qui avait suivi toute la scène sans dire un mot déglutit, avant de dire :
-Merci Azzedine de rendre le sourire à ma fille.
-Je suis heureux pour vous deux.
Il quitte les lieux, et la jeune femme se rallonge sur son lit. Pas pour longtemps, la porte de la chambre s’ouvre avec fracas, pour céder le passage à son mari qui, sans crier gare, lance d’une voix colérique.
-Qui est cet homme qui vient de sortir de ta chambre, Anissa ?
-C’est le conducteur du véhicule qui a heurté Ilham.
-Ah ! et que vient-il donc faire chez toi ?
Elle se redresse.
-Demander des nouvelles de la petite, bien sûr.
-De la petite ! et de la grande
aussi.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER