Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

60e partie

Résumé : Pour faire bonne figure et épater son mari, Dalila prépare un bon dîner. Mehdi rentre un peu tard, mais apprécie le geste de sa femme. Cette dernière est aux petits soins pour lui. Que se cache-t-il derrière toute cette attention ?

 

Dalila prend sa louche et sert son mari, puis s’assoit en face de lui.
-Je laisse chauffer les poivrons farcis.
-Hum. C’est un vrai régal le dîner de ce soir.
-Je...
Elle baisse la tête.
-Je voulais me faire pardonner.
Il toussote.
-Ah ! tu reconnais enfin que tu avais dépassé les bornes ?
Elle soupire.
-Oui. Mais reconnais aussi que tu n’es pas étranger à la situation.
Il repose sa cuillère.
-Comment cela, ma chère épouse ?
-Cette jeune femme. Cette...
Il la regarde un moment sans réagir, puis se remet à manger. S’il s’amuse à la narguer, ils finiront par se disputer.
La jalousie rendait Dalila aveugle, et tant mieux, car depuis le temps qu’elle ne s’occupait plus de lui, il commençait à se demander s’il existait pour elle.
La jeune femme se met à manger en lançant de temps à autre des coups d’œil à son mari.
Mehdi n’est pas mal du tout, se dit-elle. Les femmes ne sont sûrement pas indifférentes à son charme.
Et lui, comment réagit-il à leurs avances.
Il lui avait présenté la dernière sur la liste. Combien d’autres lui avait-il cachées ?
-Alors. Tu me sers ces poivrons farcis ou pas.
Elle interrompt ses méditations et se lève  promptement.
-Oui, bien sûr. Tout de suite.
La soirée se terminera paisiblement pour le couple. Néanmoins, Mehdi avait remarqué l’air préoccupé de son épouse. Que manigançait-elle donc ?
Ce soir, elle avait été tout sucre tout miel avec lui.
Comme cela n’arrivait pas souvent, il conclut qu’elle avait peut-être été rappelée à l’ordre par ses parents.
Cependant, il n’en était pas certain. Dalila avait un caractère acariâtre, et ne ratait jamais l’occasion de le démontrer.
-Tu dors ?
-Non.
Il s’était allongé sur la banquette du salon.
Comme sa mère dormait à poings fermés, il n’avait pas voulu allumer la télé.
-Tu as besoin de quelque chose, Dalila ?, lui demande-t-il en se redressant.
-Non. Ou plutôt si. C'est-à-dire que je dois faire quelques emplettes demain dans la matinée et j’aimerais que tu me remettes un peu d’argent.
-Que veux-tu donc acheter ?
-Des choses pour la maison. J’ai besoin d’un nouveau rideau pour la chambre et de quelques bibelots pour le salon.
Je dois aussi penser à acheter des ingrédients pour préparer des gâteaux.
Nous recevons ces derniers temps des invités...
Mehdi lève sa main.
-C’est bon. Nous n’allons pas trop nous étaler là-dessus.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER