Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

61e partie

Dessin/ALi Kebir

Résumé : Après la grande fiesta de l’indépendance, on revient à la réalité. Il fallait reconstruire le pays et aider le peuple à se relever de son ignorance et de sa misère. Dans les tréfonds du Sud et des villages perdus dans les montagnes sévissaient la misère et les maladies.  

Les épidémies avaient rajouté leur grain pour décimer des villages entiers. Le typhus, la dysenterie, la typhoïde et le choléra s’étaient propagés tels une traînée de poudre pour endeuiller des centaines de villages. Tous les jours, on enterrait des dizaines de morts. Des maisons se vidaient, puis des hameaux, puis des villages entiers.
Des familles fuyaient leurs patelins. Chacun cherchait un lieu sain et sûr où s’installer. Mais la misère et les maladies les rattrapaient si vite qu’elles finirent par se rendre à l’évidence : cette guerre finira par les anéantir tous. Et ce fut le cas pour la plupart.
Quelques mois passent. La Casbah reprenait sa sérénité d’antan. L’odeur du jasmin et des plantes odorantes embaumait ses ruelles de mille et une senteurs.  
Les maisons respiraient enfin cette plénitude tant attendue. Quelques familles avaient préféré quitter ces vieilles maisons mauresques pour emménager en ville dans des appartements plus spacieux et plus confortables. D’autres bien plus attachées à leurs racines refusèrent de quitter ces lieux où avait grandi plus d’une génération.
La Casbah à elle seule détenait les secrets de toute la métropole. Elle était la mère berceuse de grands héros de la Révolution et le siège d’importants rendez-vous. Des noms revenaient sur toutes les lèvres pour désigner ces “ouled elhouma” qui, à l’instar des jeunes de toutes les villes du pays, n’avaient pas hésité une seule seconde à répondre à l’appel de la patrie.
Fettouma en entendant ces échos, de temps à autre, repensait à Mahmoud. Elle revoyait sa jeunesse et ressentait son ambition. Il voulait revenir triomphant, ou mourir les armes à la main.
Quelques-uns de ses compagnons d’armes – des gens du quartier – lui racontèrent plus d’une anecdote sur lui. Rachid devenait chaque jour de plus en plus fier de son père. Nacer écoutait et tentait de comprendre cette flamme patriotique qui avait animé son paternel jusqu'à le pousser à quitter sa famille et à monter au maquis.
À l’école, on lui avait appris que leur pays était la France et leurs ancêtres les Gaulois. Mais ses deux grands-pères et Rachid son frère aîné lui avaient expliqué certaines réalités, dont il ne se doutait même pas.
Ainsi donc, il avait compris que son pays était l’Algérie. Cette Algérie qui venait de recouvrer son indépendance après plus de 130 ans d’occupation. Ses ancêtres étaient des Berbères, une race connue pour son courage et sa fierté. On lui parla de Gaya, de Massinissa, de Jugurtha, de la Kahina, de Fatma N’soumer, de l’Émir Abdelkader, de Cheikh Ahddad, d’El-Mokrani, de Bouaâmama, et des autres.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER