Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

63e partie

Résumé : Mourad est condamné à cinq années de prison ferme et versera une forte caution à son épouse. Cette dernière, une fois divorcée, louera un studio où elle s’installera avec sa fille. Une fois remise, elle rejoindra son nouveau poste de travail.

Elle revoyait maintenant quotidiennement Azzedine, et ils se découvrirent vite des similitudes et des compatibilités. Si bien qu’au bout de quelques mois, ils décidèrent d’unir leurs vies, au grand bonheur d’Ilham, qui s’était prise d’une profonde affection pour son “papa Azzedine” et c’était réciproque pour ce dernier. Rien ne comptait désormais pour lui que son épouse et sa petite fille. Anissa lui donnera une année plus tard des jumeaux, des garçons, qui resserrèrent davantage les liens familiaux, et la vie s’écoulait paisiblement pour le couple.
Cinq années passent.
Ilham avait maintenant huit ans et allait à l’école, et les jumeaux avaient quatre ans et fréquentaient la crèche du quartier. Un jour, alors qu’elle allait les récupérer, Anissa remarque un homme de haute stature au coin de la rue et sursaute. Était-ce Mourad ? Elle n’en était pas sûre, mais savait cependant que ce dernier était sorti de prison depuis quelques mois et réclamait le droit de visite pour sa fille. Il avait chargé son avocat de régler cette affaire au plus vite, et une procédure avait été entamée dans ce sens. Anissa avait tenté de préparer Ilham à cette éventualité, mais la petite fille, qui n’avait rien oublié de la cruauté de son père biologique, avait éclaté en sanglots et s’était jetée dans les bras de sa mère en criant :
-Je ne veux pas le revoir ! Je ne veux pas le revoir !
La jeune femme, qui avait fait suivre sa fille durant de longs mois par un psychologue, n’insista pas. Elle voulait tant tirer un trait sur le passé, mais ne voilà-t-il pas qu’il ressurgissait !
Elle jette un regard aux alentours, et comme on était en plein hiver, et qu’il faisait nuit très tôt, elle s’empresse de récupérer ses petits et de rentrer à la maison. Ilham était déjà attablée devant ses devoirs et suçait son crayon devant une équation, fort délicate à son avis, tout en se disant qu’encore une fois elle aurait fort besoin de l’aide de son papa. Ce dernier, qui corrigeait ses copies non loin d’elle, tentait de faire l’indifférent, alors qu’il suivait ses évolutions du coin de l’œil.
Anissa dépose ses affaires et s’empresse de rejoindre la cuisine pour préparer le dîner. Rafik et Imad la suivirent et elle leur verse deux grands verres de lait, qu’ils burent à petites gorgées, avant de rejoindre leur père au salon. La jeune femme les suit des yeux. Auprès de sa petite famille, son bonheur était complet. Soudain, elle repense à la silhouette au coin de la rue, et a un pincement au cœur. Était-ce Mourad, se demande-t-elle encore. Elle se sent nerveuse, et ses gestes devinrent maladroits si bien que l’assiette qu’elle tenait lui échappe des mains et se fracasse en mille morceaux sur le sol.
-Tu ne te sens pas bien, Anissa ?
Elle relève les yeux et rencontre le regard de son époux. Azzedine était aux petits soins avec elle. Elle ébauche un sourire.
-Je me sens un peu fatiguée ce soir. Je crois que c’est l’hiver qui me rend aussi mélancolique et nerveuse.
-Tu n’en es pas à ta première saison.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER