Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

63e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Dalila prend l’argent remis par son mari, mais au lieu d’aller faire ses courses, elle tourne en rond dans le quartier, et hèle un adolescent pour lui demander des renseignements sur Farida… Que faisait-elle donc dans la vie ?

Il hausse encore les épaules :
-Si c’est de Farida que vous parlez, elle habite cet immeuble en face. Vous n’avez qu’à aller lui demander vous-même ce qu’elle fait.
-Bien, mais tu devrais me dire à quel étage elle habite.
-Au deuxième étage.
-Elle vit seule ?
-Non, avec ses parents.
Le garçon allait s’éloigner, mais Dalila le retient… Elle lui montre un billet de 200 DA, et lance :
-Tu  n’as rien vu, rien entendu.
-Hein ?
Elle lui glisse le billet dans les mains :
-Tu ne diras à personne qu’une femme est passée dans ce quartier pour te poser des questions sur
Farida…
Heureux d’empocher le billet d’argent, le garçon ébauche un
sourire :
-Si cela peut vous rassurer.
Il passe une main sur ses lèvres :
-Je ne dirais rien.
Dalila lui donne une tape sur l’épaule avant de se diriger vers l’immeuble qui lui faisait face. Elle s’y engouffre et monte jusqu’au deuxième étage. Arrivée devant la porte d’un appartement, elle hésite une seconde avant d’appuyer sur la sonnette. Une fois, deux fois, trois fois, en vain. Personne ne venait ouvrir.
Un bruit la fera se retourner.
La voisine de palier entrouvrit sa porte. Elle la dévisage curieusement avant de lui demander :
-Vous cherchez quelqu’un ?
-Heu... Oui, la dame qui habite là.
-Farida ?
-Oui.
-Elle n’est pas là… Elle travaille et ne rentre que le soir.
-Et ses parents ?
-Ils sont absents. Qui êtes-vous ?
-Moi ? Heu… Je suis une femme de ménage. C’est quelqu’un du quartier voisin, qui m’a certifié que Farida cherchait une bonne.
La voisine fronce les sourcils :
-Pas à ma connaissance. Enfin, je n’en sais rien. Revenez plus tard. Farida ne rentre que vers la fin de la journée.
Dalila resserre son foulard, et tire sur sa robe longue.
-Je… Je vais essayer de repasser.
-Je la mettrais au courant de votre passage.
-Heu... Si vous voulez.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER