Scroll To Top
FLASH
  • Le procès de Kamel Chikhi, dit "El Boucher", est reporté au 19 juin sur demande ses avocats.

A la une / Récit de Yasmina Hanane

Un cœur brisé

64e partie

Résumé : Après sa journée à l’université, Sabrina est surprise de rencontrer Riad. Ce dernier l’attendait, et il lui confia qu’il allait renoncer à épouser sa mère. La jeune fille n’en revenait pas.

 

Sabrina porte la main à sa bouche.
-Ça alors ! Je n’arrive pas encore à l’admettre.
-Tu as bien remué ciel et terre pour arriver à cet objectif.
-Certes, mais je ne pensais pas que tu allais passer à l’action aussi rapidement.
Puis suspicieuse, elle se met à le dévisager.
-Je ne pense pas que tu aies pris cette décision parce que je t’avais quelque peu tarabusté.
-Tu le regrettes ?
-Non. Non, pas du tout. Surtout après avoir appris les véritables raisons qui t’ont poussé à demander la main d’une femme de l’âge de ta mère.
Il met les mains dans les poches de son pantalon et redresse la tête.
-On peut dire que tu m’as aidé à mettre un peu d’ordre dans mes pensées.
-Vraiment ?
-Je t’assure que c’est la vérité.
Ne trouvant rien à répliquer, elle garde le silence, et il reprend :
-Je t’assure que c’est la réalité, Sabrina. Un déclic s’est opéré en moi après notre conversation.
J’ai réalisé alors que je faisais fausse route.
-Je ne sais si je dois me réjouir ou, au contraire, me sentir triste pour ma mère.
-Ta mère est une femme très intelligente, Sabrina. Elle comprendra vite qu’elle s’était leurrée dans cet engagement.
-Et lorsqu’elle apprendra que je t’ai rencontré à son insu, elle n’aura aucun mal à deviner que cet aboutissement a été savamment fomenté et m’en voudra pour le reste de mes jours.
-Mais elle finira bien par comprendre qu’elle s’était trompée de cible, elle aussi. Je suis certain qu’elle n’aura que l’embarras du choix pour tomber sur un prétendant plus mûr et plus sensé.
Sabrina le toise.
-Je ne sais pas si tu as réellement pris cette décision parce que je t’ai un peu forcé le bras, ou bien...
Il lève la main et l’interrompt.
-Peu importe les raisons, l’épilogue convoité est atteint. Je n’épouserai pas ta maman, Sabrina.Tu es contente ?
Elle baisse les yeux et contemple un moment le bout de ses chaussures avant de relever la tête et de lancer :
-Je ne sais quoi te dire, Riad. Ma mère sera sûrement déçue, et cela ne me réjouit pas non plus. Certes, c’est ce que je voulais pour elle, mais elle ne verra pas les choses de la même manière.
-Elle finira par comprendre que j’ai opté pour la décision la plus logique dans un couple tel que le nôtre.


(À  SUIVRE)
Y. H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER