Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

65e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Après la mort de ses parents, Fettouma se retrouva seule dans la grande maison. Un jour, elle constate que cette dernière avait besoin d’être retapée. La bonne femme décide d’entreprendre des travaux dans les plus brefs délais.  

Le soir même, elle en parle à Rachid qui hoche la tête.
-Fais comme tu veux, maman. Tu es la seule propriétaire de la
maison.
-Mais vous êtes tous les héritiers.
Le jeune homme hausse les épaules.
-Oui, mais tu sais bien que dans peu de temps chacun de nous volera de ses propres ailes.
-Que veux-tu dire par là ?, s’enquit Fettouma, le regard inquiet.
Il pousse un soupir.
-Maman ! Tu ne vas pas nous garder éternellement dans tes jupons. Nous sommes tous adultes, et nous devons penser à notre
avenir.
-Ça, je le conçois. Mais qu’est-ce qui vous empêchera de retaper cette maison et d’y habiter ? Je pense qu’il y a assez d’espace pour tout le monde.
-Oui. Et tant mieux. Mais de mon côté, j’ai déjà un appartement en ville. Je vais bientôt y installer mon cabinet. Je ne vois absolument pas la nécessité de rester dans cette bâtisse aux murs lézardés.
Fettouma se tut. Elle n’avait rien à répondre à son fils aîné. Rachid avait des ambitions et ce n’est pas en le retenant auprès d’elle qu’elle va l’aider.
Non ! Il ne faut pas qu’elle soit égoïste à ce point. Demain, Meriem aussi partira.
Elle était déjà promise à un jeune enseignant oranais, qui ne tardera pas à rejoindre sa ville natale.
Sa fille se mariera prochainement, il ne restera plus alors que Nacer. Mais ce dernier passe son temps à voyager par monts et par vaux.
Cela l’étonnerait qu’il daigne revenir habiter avec elle un jour.
Elle se sentait déjà bien seule. Rachid remarque l’air affligé de sa mère, il s’approche et lui entoure les épaules.
-Pourquoi cette tristesse, mère ?
Elle lève ses bras et lui montre la grande cour et les balcons vides.
-Il ne reste plus personne dans cette maison.
Rachid ébauche un sourire.
-Les gens préfèrent le confort. Ils préfèrent habiter des appartements dotés de salle de bain, de cuisine et de chambres individuelles. Peut-être moins vastes, mais plus conformes à notre époque.
Fettouma secoue la tête
-Non, mon fils, détrompe-toi. Ce n’est pas tout le monde qui va quitter la Casbah. Regarde donc ces grandes familles qui habitent des bâtisses plus anciennes que la nôtre, depuis près de 5 générations. Pourquoi n’ont-elles donc pas déménagé ?

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER