Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

66e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Merouane rattrape Farida et décide de faire quelques pas avec elle… Elle devait faire des courses, et l’invite à l’accompagner… Ils arrivent devant un supermarché, et la jeune femme demande à son fiancé de prendre un panier et de la suivre à travers les rayons.

La jeune femme se met à circuler à travers les rayons, tout en prenant des produits sur les étalages. Non loin de là, une autre femme faisait aussi des courses, un panier au bout de son bras. Farida la dépasse, suivie de Merouane…
La femme s’arrête et les regarde tous les deux, avant de les devancer et de se retourner comme pour s’assurer que la jeune femme était bien celle qu’elle cherchait.
Dalila ébauche un sourire : finalement, ses courses n’étaient pas vaines… Elle venait de tomber nez à nez avec Farida et ce jeune homme, qui était probablement son fiancé. Sans plus perdre de temps, elle les suivra pas à pas… Arrivée à la caisse, Farida paye ses courses et se heurte à une femme qui se tenait derrière elle.
Elle s’en excuse et s’empresse de rejoindre son fiancé qui l’avait précédée vers la sortie.
Dalila s’acquitte de son dû, puis s’empare de ses sachets.
Elle ne devrait surtout pas perdre des yeux le jeune couple.
Pour cela, elle se tient à une distance respectable et se met à le suivre discrètement.
Farida arrive devant le siège de son entreprise et s’adresse à son fiancé :
-Je suis arrivée.
-Oui, je vois. Moi aussi, je vais rejoindre mon boulot.
-Parfait.
-Heu… N’aimerais-tu pas qu’on dîne ensemble ?
Elle secoue sa tête :
-Non, j’ai tellement de choses à faire avant le retour de mes parents. La maison est sens dessusdessous.
-Bah… Tes sœurs viendront te donner un coup de main.
-Elles me l’avaient proposé, mais j’ai refusé.
Tu imagines qu’elles vont se rappliquer avec leurs enfants, et me mettre les nerfs en boule.
Il ébauche un sourire :
-Parfois, il faut savoir supporter les autres aussi.
-Je te supporte déjà toi, et je pense que c’est assez. Il rit :
-Tu as toujours la réplique
acerbe.
-Tout dépend de la situation.
Il affiche une moue dubitative :
-Farida… Je n’aime pas te voir en colère.
-Moi non plus je n’aime pas me mettre en colère, mais lorsque tu m’y pousses…
Il lève sa main :
-Allons, pas pour aujourd’hui.
Il se penche et l’embrasse
sur la joue :
-Nous nous appellerons ce soir. Tu veux bien ?
-À ta guise.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER