Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

67e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : L’inspecteur Omar tente de voir plus clair dans les propos de Azzedine. Il savait que Mourad était capable de revenir sur le sujet du droit de visite. Voyant que les avocats n’avaient rien pu faire, il avait décidé de passer à l’action.

Azzedine joint ses mains :
-J’aime Ilham, comme ma propre fille. Et elle est bien ma fille, depuis que sa mère et moi sommes mariés. Je l’ai vue grandir, je l’ai accompagnée lors de son entrée à l’école, et jusqu’à ce jour, je ne fais que suivre son évolution. Une bonne harmonie familiale règne à la maison, et je n’aimerais pas la briser à cause d’un malade mental comme Mourad, qui ferait mieux d’aller se faire soigner.
L’inspecteur Omar lui tapote l’épaule :
-Je te comprends fort bien mon cher ami.
Azzedine le regarde bien en face :
-Si jamais il arrivait quelque chose à Ilham, je serais capable de le tuer.
Le policier lui tapote l’épaule :
-J’espère qu’on ne va pas en arriver là. Toutefois, il faudra être très prudent. Ne laissez jamais Ilham sortir seule, ou s’attarder dans le quartier.
Ouvrez l’œil aussi pour les jumeaux.
-Anissa les récupère elle-même. Je pense que de ce côté-là, on pourrait être plus ou moins tranquille.
-Alors, il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Allez Azzedine, rejoins ton boulot et ne pense plus à rien. Anissa  a été traumatisée par son premier mari si bien que dès qu’elle entrevoit une haute silhouette, son anxiété la reprend.
-Certes, mais depuis notre mariage, elle n’a jamais été aussi perturbée qu’hier soir. Elle était rentrée toute remuée, et j’ai dû user de ma patience pour la faire parler.
-Le contraire m’aurait étonné. Anissa sait que son ex-mari était sorti de prison. C’était ça le premier facteur déclenchant de ses angoisses. Sans compter que ce bourreau a réclamé un droit de visite pour sa fille. C’était donc le bouquet pour elle.
Azzedine soupire :
-Je sens que les prochains jours ne seront pas de tout repos.
-Si cela peut te rassurer, je vais faire surveiller le quartier par mes agents durant quelques semaines. S’ils remarquent un manège inhabituel, ils m’en feront part, et je prendrais mes dispositions pour coincer Mourad.
Azzedine pousse un soupir de soulagement.
-Merci mon cher ami. Cela me rassure de savoir que tu prends le sujet à cœur.
L’inspecteur sourit :
-J’ai suivi l’évolution d’Anissa depuis son divorce, jusqu’à son mariage avec toi. Tu as su la combler, et lui rendre le sourire. Lorsque je la rencontre de temps à autre avec les enfants, je ne peux m’empêcher de repenser à tout le calvaire qu’elle avait vécu, avant de pouvoir se stabiliser et fonder une famille. Azzedine, je te donne ma parole, je ne permettrais à personne de venir briser ton bonheur. Je serais le dernier des imbéciles si je permettais à Mourad de malmener encore Anissa ou
Ilham.
-Merci, merci du fond de cœur, inspecteur…

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER