Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

67e partie

Résumé : Fettouma avait deviné que son fils était en relation avec une femme qu’il voulait épouser. Elle le prend de court en lui demandant de lui parler d’elle. Le jeune est perplexe. Il ne savait par quoi commencer. Sa mère n’était pas née de la dernière pluie.

 

Rachid se lève :
-Hum… Je voulais t’en parler. Mais tu ne m’en avais pas donné l’occasion.
-Cesse de tourner autour du pot, et rassois-toi.
Le jeune homme se rassoit, et Fettouma enchaîne :
-Alors… Qui est cette jeune gazelle pour laquelle ton cœur vacille ? Comment s’appelle-t-elle ? Est-elle de famille noble ?  Est-elle instruite comme toi ?
Rachid lève sa main dans un geste de protestation :
-Mère ! Tu poses trop de questions en même temps.
-Alors j’attends… Pourquoi hésites-tu donc à en parler ?
Il passe une main dans ses cheveux et prend un mouchoir pour s’essuyer le front :
-Je ne sais par quoi commencer. En fait, je voulais tout d’abord en parler à Meriem, qui t’aurait de son côté mise au courant. Mais comme l’occasion ne s’en était pas présentée, j’ai préféré attendre le moment opportun.    
-Et maintenant ?
Il pousse un soupir  
-Eh bien, maintenant, parlons-en…
Il se relève et se met à arpenter la pièce. Fettouma le contemple en silence. Il était beau son fils. Bien beau. Tout comme son défunt père, il avait de l’allure. Dans son complet gris, il ressemblait à ces jeunes mannequins qu’elle voyait de temps à autre sur des affiches de publicité qu’on collait sur les vitrines des boutiques du prêt-à-porter.
Il était médecin en plus. Un rêve que caressaient les jeunes de son âge. Qui sera donc cette heureuse élue qui mettra le grappin sur lui ? Elle sentit une pointe de jalousie percer son cœur, et repense aux remontrances acerbes de Lla Kheira, sa belle-mère. Elle comprenait maintenant amplement ces sentiments contradictoires  qui animaient le cœur de chaque maman lorsque son fils la quittait pour prendre femme.
Elle soupire. Rachid partagera la vie d’une autre… Il va partir, et elle ne le verra plus que de temps à autre. Il va fonder sa famille et aura des enfants. Elle sera grand-mère. Elle se sentit
fière, tout d’un coup, mais son bonheur ne dura que quelques secondes. Elle ne verra pas ses petits-enfants autour d’elle, puisqu’ils naîtront et habiteront en ville avec leurs parents.
Les temps avaient changé. Sa future bru n’aura  à la rencontrer que lors d’une brève visite familiale.
Où sont passées donc les anciennes coutumes ?
Elle comprit que plus rien ne sera plus jamais comme avant. Les enfants quittent leurs parents, et ces derniers termineront leur vie en solitaires. C’était ça la modernité pour eux.


(À  SUIVRE)
Y. H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER