Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

68e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Omar rassure Azzedine. Il fera surveiller le quartier, afin de protéger sa petite famille. Il avait suivi l’évolution d’Anissa, depuis son divorce avec Mourad et était heureux de constater qu’elle avait enfin trouvé le bonheur.

Plus confiant, et rassuré, Azzedine quitte le commissariat pour se rendre à son travail.
En fin de journée, alors qu’il rentrait à la maison, Ilham sur ses pas, il constate qu’un homme faisait les grands pas devant son immeuble. Sans trop s’attarder, il prend la main de la petite fille et pénètre dans le hall, avant de monter les escaliers qui mène vers l’étage supérieur.
Arrivé devant son appartement, il ne put s’empêcher de se retourner pour constater que l’homme l’avait suivi. Il n’en fallait pas plus à Azzedine pour faire volte-face et s’adresser à lui :
-Vous cherchez quelqu’un Monsieur ?
Un peu dérouté par l’accueil glacial de Azzedine, l’homme s’arrête à quelques marches de lui, avant de répondre :
-Vous êtes bien cet enseignant qui était au commissariat ce matin ?
-Vous me connaissez ? Comment savez-vous que j’étais au commissariat ce matin ?
-Tout bonnement parce que c’est l’inspecteur Omar qui m’envoie. Heu… j’ai rôdé une bonne partie de l’après-midi autour de votre immeuble et même autour du quartier, sans relever quoi que ce soit d’anormal et lorsque je vous ai vu arriver, j’ai jugé opportun de vous suivre pour me présenter à vous.
-Vous auriez pu le faire lorsque j’étais en bas de l’immeuble. Vous n’aviez pas à me suivre.
J’ai cru un moment que vous alliez nous agresser moi ou la petite.
-Je suis désolé… Je ne voulais pas attirer l’attention sur vous.
C’est pour cela que je voulais me faire discret et monter jusqu’à votre appartement. C’est là que vous habitez, n’est-ce pas ?
-Oui… Heu... Vous avez une carte professionnelle ou un ordre de mission ?
L’homme ébauche un sourire et met la main dans la poche intérieure de sa veste pour retirer les deux documents qu’il tendit à Azzedine :
-Voilà monsieur…
Vous pouvez vérifier que c’est bien moi sur la photo.
Azzedine jette un coup d’œil à la carte professionnelle avant de la rendre au policier :
-Excusez-moi,  dans mon cas, je dois être vigilant. Pour être sincère, je vous ai pris pour un maraudeur. (Il rit). Je ne pensais pas que l’inspecteur Omar allait désigner aussi rapidement un agent pour surveiller le quartier.
-Dans notre métier, la rapidité et la vigilance vont de pair.
-Et qu’avez-vous constaté durant ce premier tour de garde au quartier ?
-Jusqu’à cette minute, rien d’anormal.
Il remarque Ilham, qui tirait son père par la manche de sa veste et s’agenouille devant elle :
-Alors ma petite, on revient de l’école ?
-Oui, monsieur, répondit-elle d’une voix intimidée.
-Et tu travailles bien en classe ?
-Oui, monsieur.
Au même moment arrivent Anissa et les deux garçons.
Le policier se relève :
-Ah ! voilà le reste de la famille qui arrive. Mes hommages, madame. Je vous souhaite à tous une bonne soirée.
Azzedine le suit des yeux, alors qu’il redescendait les escaliers, avant de se décider à ouvrir la porte de son appartement pour faire entrer les enfants. Anissa lui agrippe le bras :
-Qui est cet homme ?

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER