Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

72e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Azzedine rentre avec les enfants et remarque tout de suite les yeux rougis de son épouse. Anissa lui demande de l’aider à préparer le dîner, et lui narre sa rencontre avec Mourad… Ce dernier revenait à la charge.

Son mari lui jette un regard
interrogateur.
-Je l’ai rencontré dans une grande surface. Il a dû me suivre. Alors que je faisais mes courses, il m’a abordée.
-Tu aurais dû crier et demander de l’aide.
-Oui, mais je ne voulais pas me donner en spectacle. Je... Je pensais pouvoir le raisonner une fois pour toutes.
-Tu fabules ma chère femme, tu fabules. Qui a donc pu raisonner un fou ?
-Je pensais…
-Cesse donc de penser, et raconte-moi ce qui s’est passé. Il t’a sûrement menacée, n’est-ce pas ?
Elle acquiesce, et lui rapporte en détail son entrevue avec son ex-mari.
À la fin du récit, elle se cache le visage dans son tablier de cuisine, et se remet à pleurer de plus belle.
Azzedine dépose la pomme de terre qu’il était en train d’éplucher, et s’approche d’elle :
-Cesse donc de pleurer, je vais tout de suite appeler l’inspecteur Omar, et cette fois-ci, ce sera pour déposer une plainte.
-Heu... Je ne sais pas si ce sera une bonne idée.
-Comment cela ? Cet homme te harcèle, menace de te tuer, et de récupérer sa fille par n’importe quel moyen, et tu penses que je devrais rester de marbre ?
-Non bien sûr. Je sais que tu vas réagir… Seulement, je crains qu’une plainte contre lui n’empire davantage les choses. Il n’y avait pas de témoins et cet homme pourra nier. Il ira même jusqu’à dire, qu’il ne m’avait ni vue, ni rencontrée.
Azzedine se rassoit et se remet à éplucher sa pomme de terre :
-Alors, que doit-on faire ?
-Je ne sais pas.
-Bon… Écoute Anissa, je vais devoir tout de même contacter Omar pour tout lui raconter. S’il estime qu’on pourra déposer une plainte, nous le ferons. Dans le cas contraire, il nous conseillera, il connaît notre situation, et je suis certain qu’il pourra nous aider.
Elle renifle et acquiesce :
-J’y avais pensé moi-même. Appelle-le si tu veux. Je... Je me sens incapable de faire quoi que ce soit devant les menaces de cet homme.
-Il te terrorise encore, cela se comprend fort bien. Tu as déjà vécu l’enfer auprès de lui, mais maintenant, il aura affaire à moi, avant de t’atteindre. Et crois-moi, je ne serais pas clément avec lui. Il termine d’éplucher le dernier légume qu’il avait en main, et le jette dans le bac d’eau, avant d’essuyer ses mains et de se lever.
Le lendemain, un soleil radieux planait sur la ville. Anissa venait de déposer ses enfants, et rejoignait son travail, lorsqu’elle tombe nez à nez avec l’inspecteur Omar. Souriant, et semblant heureux de la revoir, se dernier venait aux nouvelles :
-Ma chère Anissa, quel plaisir de te revoir.
-Je suis heureuse moi aussi de te rencontrer inspecteur Omar.
-Oublie donc ma fonction, et appelle-moi Omar tout court, comme tous mes amis.
-Eh bien, Omar, le plaisir est
partagé.
-Comment cela va-t-il pour toi ?

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER