Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

l’artiste

74e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Fadhéla voulait régenter la maison à sa manière… Elle propose à Tahar des corvées ménagères qui la répugnaient. Ce dernier, tente de s’occuper davantage des enfants, mais cela ne semble pas arranger son épouse… Un jour, il se met à tout casser… Le résultat est plutôt positif…

 Tahar s’arrête de parler. Il jette un coup d’œil à sa montre et soupire :
-Le cœur du temps ne cessera jamais de battre, et nous propulse à chaque minute dans le futur.
-Le cœur du temps ?
Il sourit :
-Oui Kahina, le cœur du temps est ce tic-tac émis par toutes les
horloges.
-Ah ! Tu veux parler de l’heure tardive. J’étais tellement prise dans les rouages de ton récit, que j’ai totalement oublié le monde externe…Ma mère doit être dans tous ses états, je devais récupérer Rym il y a déjà deux heures.
Il se lève :
-Je vais t’accompagner si tu le permets. Et ce soir, je passerai la nuit chez vous… Je dois voir Mustapha et me rassurer sur son état.
-Cela lui fera sûrement plaisir…
-Alors, demain, nous nous remettrons à ce récit. Je vais te raconter la dernière tranche.
-Parfait…
Je me lève, et prends hâtivement mes affaires, puis Tahar sur mes talons, je me dirige vers mon véhicule. Rym s’était endormie. Ma mère avait raté son brin de causette et sa mauvaise humeur se reflétait sur son visage et dans ses gestes. Je prends ma fille dans mes bras et quitte les lieux sans demander mon reste.
Mustapha venait de rentrer. Il avait préparé du café, et s’était allongé devant la télé.
À la vue de Tahar, son visage s’illumine. Il se relève promptement, mais ce dernier le repousse et le force à se rallonger, avant de le rabrouer :
-Alors comme ça, tu as eu un accident sur l’autoroute, et tu n’as même pas pris la peine de m’appeler…
Mon mari porte la main aux bandages sur son bras :
-Ce n’était pas trop grave, juste quelques ecchymoses…
-Pas grave ! Écoutez-le donc !  Tu aurais pu trépasser. Là, peut-être que tu m’aurais contacté !
Le ton était ironique… Mustapha sourit :
-Assieds-toi Tahar, je vais te verser un café, et nous discuterons entre hommes de ce qui s’était réellement passé… Je vois que Kahina avait pris les devants pour te mettre au parfum.
-Certes, mais j’étais le dernier à le savoir…
Mustapha secoue sa tête :
-En dehors de nous deux, personne ne le sait encore dans la famille… Je ne voulais pas alarmer les autres, et pour rien.
Tahar lui tapote le bras :
-C’est moi ta famille, ne l’oublie pas…
Je venais de déposer Rym dans son lit, et me ruais dans la cuisine pour apprêter le dîner… En fait, j’avais déjà préparé la veille un plat de lentilles, donc je n’avais qu’à le réchauffer, et rajouter un hors-d’œuvre.
En un tour de main, le dîner était prêt. Je dresse la table dans la cuisine, et appelle les deux hommes… Il était presque 21h00, et après une nuit blanche et une journée aussi chargée, je ne tenais plus sur mes jambes…

(À suivre) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER