Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Récit de Yasmina Hanane

L'Algéroise

75e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Une fois la demande acceptée, Rachid s’empressa de proposer les dates des fiançailles, et du mariage. Fettouma est scandalisée, mais elle reconnaît que les futurs mariés avaient déjà planifié leur avenir. N’a-t-elle pas, elle aussi, connu son mari dans le temps ?

Si Abdelkader s’exclame incrédule :  
-Ah !
-Euh… Oui bien sûr, puisque nous étions voisins.
-Ah… C’est vraiment extraordinaire. Et vous trouvez aujourd’hui déplacé le fait que Rachid et Nadjette se connaissent !
Fettouma secoue sa tête :
-Oh non ! Non. Ce n’était pas du tout ce que je voulais dire... Excusez-moi, si je vous ai offensé, je me suis mal exprimée.
-Il n’y a rien de mal, voyons !
-Je… je voulais juste insinuer que nous devions répondre positivement aux vœux de nos enfants. -Je pense que les dés sont déjà jetés pour eux…
-Nous n’avons plus qu’à nous incliner devant leur empressement, hein Rachid ? Pour quand voudras-tu donc fixer la date des fiançailles ?
Rachid est gêné... Il regarde Nacer qui riait sous cape, puis Meriem qui lui fait un clin d’œil. Tel est pris qui croyait prendre ! Il se racle encore une fois la gorge et rétorque d’une voix chevrotante :
-Heu… Si cela ne vous gêne pas trop, nous allons fixer le mariage pour cet été.
-C'est-à-dire dans trois mois !, s’exclame Fettouma.
-Vous voyez un inconvénient ?
Le jeune homme lance un coup d’œil à son futur beau-père, et ce dernier interroge sa femme des yeux.
Houria, la mère de Nadjette ne se fera pas prier pour répondre :
-Nous ne voyons aucun inconvénient de notre côté. Mais si Lla Fettouma a une objection…
-Je n’ai aucune objection, l’interrompt Fettouma. Rachid a déjà son appartement, et va bientôt installer son cabinet. Mais Nadjette sera-t-elle prête en un laps de temps aussi court ?
-Nadjette pourra l’être dès maintenant,  elle possède déjà un très beau trousseau. Il n’y a  plus que ses tenues de présentation à faire confectionner et quelques petites choses à rajouter.
Fettouma hoche la tête :
-Très bien. Nous n’avons donc plus qu’à officialiser le mariage religieusement… Vous voulez bien vous en charger Si Abdelkader… Rachid n’a plus son père pour
ça, et…
-Ne vous inquiétez donc pas… Je me charge de tout ce qui pourrait vous paraître compliqué ou difficile à réaliser. N’hésitez surtout pas à faire appel à moi. Rachid est désormais mon fils. Ce fils que Dieu m’a refusé, mais que je retrouve aujourd’hui en mon gendre...
-Alors, nous n’avons plus qu’à présenter nos meilleurs vœux à nos enfants.
Houria pousse encore un long youyou et Meriem se lève pour embrasser son frère et sa future belle-sœur. Elle sera imitée par Nacer et Fettouma, puis par Si Abdelkader et Houria.
Les mois filèrent à une vitesse vertigineuse. Une fois les fiançailles officialisées, Rachid ouvre son cabinet et s’installe en ville dans son appartement que Nadjette tint à décorer elle-même.
Son goût exquis plut tout de suite à Fettouma. Cette dernière bien que triste à l’idée de “perdre” son fils, est toute remuée aussi à la pensée qu’elle sera bientôt grand-mère.
L’été arrive avec ses chaleurs, et ses longues journées. On prépara minutieusement le mariage  de Rachid, puis celui de Meriem, qui devait rejoindre son mari à Oran.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER