Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

76e partie

Résumé : La voyant devenir de plus en plus anxieuse, Azzedine tente de rassurer Anissa en lui faisant remarquer que la police surveillait le quartier. Mais cette dernière ne semble pas tranquillisée pour autant.

 

Azzedine lui prend le menton et l’oblige à relever la tête pour le regarder en face.
-Allons, Anissa, ne tombe pas dans la psychose. Mourad a déjà goûté à la prison et je doute fort qu’il aimerait y retourner. Il a peut-être voulu user de ses intimidations afin de t’effrayer. Mais au fond, il doit reconnaître ses torts. Peut-être même qu’il regrette de t’avoir abordée dans un lieu public.
-On dirait que tu ne connais pas assez bien ce monstre.
Elle secoue la tête.
-Mourad est un être sans cœur, qui ne lâche jamais. Pour arriver à ses fins, il est capable de marcher sur la tête de ses parents. Crois-moi. Mes frayeurs sont bien justifiées.
-Tu finiras par te rendre malade, Anissa.
-Je le suis déjà. Et tant que Mourad est libre, je ne serai pas tranquille.
-Tu veux dire qu’il faut qu’il soit sous les verrous pour te sentir en sécurité.
-Oui. Et je le souhaite de tout mon cœur et dans les meilleurs délais.
-Tu deviens paranoïaque, Anissa.
-Non, rassure-toi, je peux encore me maîtriser. Seulement il suffit que tu arrives en retard ou qu’un des enfants ne soit pas en vue lorsque je me présente à la crèche pour que mes frayeurs ressurgissent.
-Oui. Je comprends. Mais faisons de notre mieux afin de reprendre une vie normale. Tout ce remue-ménage me fatigue et n’augure rien de bon.
-Tu peux le dire.
Elle se rappelle enfin que les jumeaux s’étaient endormis sans dîner et qu’elle avait omis de dresser la table. Sans plus perdre de temps, elle met sa marmite sur le feu, appelle Ilham et va réveiller les garçons.
Quelques jours passent. L’inspecteur Omar avait téléphoné à Azzedine pour lui apprendre que ses hommes avaient sillonné tout le quartier une semaine durant, sans relever la présence d’un étranger aux alentours.
Comme Anissa n’avait pas déposé une plainte contre son agresseur, il n’avait pas jugé opportun de convoquer ce dernier. Cependant, il savait que Mourad pouvait prendre du recul du fait que la jeune femme lui avait fait perdre de son assurance, en lui disant qu’elle avait enregistré leur conversation lors de leur rencontre dans cette grande
surface.
Azzedine écoute son ami jusqu’au bout avant de lancer :
-Tu es sûr que c’est la seule raison, Omar ?
-Je présume que Mourad ne va pas revenir rôder autour de chez vous de sitôt. Il est comme un loup qui tâte tout d’abord le terrain avant de s’aventurer, mais nous l’avons tout de même à l’œil.
- Anissa sera peut-être un peu plus rassurée lorsque je lui rapporterai ces propos. Mais...
-Oui ?
-Enfin, c’est juste une idée comme ça qui me passe par
la tête.
-Dis toujours.
-Ne penses-tu pas que cet énergumène prend du recul pour mieux attaquer ?
-C’est possible aussi. Cependant, je te répète que nous l’avons à l’œil.
-Vous continuerez à surveiller le quartier ?
-Non. Nous allons relâcher notre surveillance pour quelques jours. Deux de mes agents sont en congé, et le troisième doit rester au poste. Néanmoins, si vous remarquez, toi ou Anissa, quoi que ce soit d’anormal, n’hésitez pas à donner l’alerte.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER