Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

77e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : L’inspecteur Omar apprendra à Azzedine que ses agents avaient surveillé le quartier pendant une semaine sans rien remarquer d’anormal, mais le jeune homme n’était pas de cet avis. Le loup recule toujours pour mieux attaquer.

Azzedine rapporte cette conversation à son épouse. Loin d’être rassurée, cette dernière ruminera davantage des idées noires. Si le quartier n’est plus sous surveillance, Mourad n’hésitera pas à revenir rôder autour. Et même dans le cas où elle le remarquerait, aura-t-elle le temps d’appeler la police ?
-Voyons, Anissa, lance Azzedine, en remarquant son air soucieux, il ne va tout de même pas s’attaquer à toi dans le quartier. Cet homme cherchera juste à t’intimider, sans plus.
Elle secoue la tête.
-Non, Mourad va sûrement échafauder un plan machiavélique. S’il n’est plus revenu au quartier, c’est qu’il a déjà repéré ses zones d’action...
-Tu fabules, ma chère femme, moi je pense plutôt le contraire. Mourad a compris qu’il n’aura jamais gain de cause pour récupérer sa fille, et de ce fait, il a décidé de battre en retraite. Il sait que cette fois-ci, si la police s’en mêle, il risque d’être coffré pour de longues années.
Elle secoue encore la tête.
-Je ne suis pas de cet avis, Azzedine. Mourad est le diable en personne. Il ne lâche jamais et sûrement pas avec autant de facilité.
-Tu es bien pessimiste.
-Je sais de quoi je parle.
Azzedine ébauche un sourire.
-Pourquoi ne profitons-nous pas de ce week-end ensoleillé pour faire une sortie en plein
air ? Cela te changera les idées, et les enfants seront enchantés.
Elle sourit.
-C’est une bonne idée. Je vais préparer un panier de pique-nique, et demander aux enfants de s’habiller.
Le week-end passe. Anissa était un peu plus rassérénée. Azzedine la motivait par ses conseils, et elle tentait de reprendre confiance en elle et une vie
normale.
Elle allait entamer sa semaine en meilleure forme, lorsqu’elle constate que Rafik, l’un des jumeaux, était fiévreux. Il avait dû prendre froid lors de leur sortie en plein air, se dit-elle.
Elle dépose Imad à la crèche, et monte dans son véhicule pour se rendre chez le pédiatre de la famille. Rafik n’a sûrement rien de grave, mais elle voulait en avoir le cœur net.
Le garçon semblait plus calme qu’à ses habitudes, ce qui inquiéta davantage la jeune femme. Elle tendit sa main vers le siège arrière, et lui touche le front.
-Tu es moins fiévreux que ce matin mon chéri, mais je vais tout de même t’emmener chez le médecin. Ensuite, si cela va mieux, tu iras à la crèche.
Elle prend son portable et appelle Azzedine pour l’informer qu’elle ne pouvait se rendre à son boulot, avant de passer chez le pédiatre. Ilham était partie avec son père, et elle lui recommande de la ramener à la maison pour déjeuner, car elle n’avait presque rien avalé de la matinée.
Elle démarre enfin et prend l’autoroute. Comme elle s’y attendait, la circulation était dense en ce début de semaine, et elle mettra plus d’une heure avant d’arriver chez le médecin. Fort heureusement, elle n’eut pas à trop attendre. Le pédiatre la rassure.
Rafik avait juste une petite angine, et il venait de lui prescrire quelques médicaments qui allaient le remettre rapidement d’aplomb. Pour conclure, il tapote la joue du jeune garçon et lui suggère de rejoindre son frère à la crèche.
Soulagée, Anissa revient vers son véhicule. Elle ouvre la portière arrière pour laisser monter Rafik, lorsqu’elle sentit la lame d’un couteau sur son cou.
-Pas un mot, ma chérie, ou je te tranche la carotide.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER