Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

77e partie

Résumé : Mehdi s’occupera de mettre les deux véhicules à l’abri et prend les papiers de Farida pour faire le constat d’accident. Cette dernière se rendra par taxi au boulot. En fin de journée, Merouane la récupère. Il voulait l’inviter à dîner, mais elle refuse.

 

Elle prend ses affaires et le rejoint. Il démarre.
Ils gardent le silence durant un moment. Puis le jeune homme demande :
-Que s’est-il donc passé ? Ton véhicule est tombé encore en panne ?
-Non. J’ai eu un accident.
Il donne un coup de frein sec et se rabat sur le côté de la route avant de s’arrêter totalement.
-Quoi ?! Tu as eu un accident et tu ne m’as rien dit ?
-Je n’ai pas eu le temps de te contacter. Et puis comme tu vois, je suis entière. Même pas une égratignure. Alors pourquoi
s’alarmer ?
-Tu aurais pu avoir des blessures graves. Ou pire, tu aurais pu trépasser.
-Dans ce cas précis, tu l’aurais sûrement su dans l’immédiat.
Elle lui jette un regard ironique avant de poursuivre :
-Tu te serais débarrassé de moi, sans remords.
-Oh ! Arrête avec tes élucubrations et raconte-moi plutôt où et comment tu as eu cet accident ?
Il redémarre et elle lance :
-J’ai enclenché une marche arrière, mais comme la chaussée était glissante, j’ai perdu le contrôle de mon véhicule qui s’est encastré dans un autre.
-Tu as heurté un véhicule en
stationnement ?
-C’est ça. Heureusement que je connais le propriétaire.
-Ah ! Il n’a donc pas fait de
grabuges.
-Pas du tout. Bien au contraire, il m’a aidée à reprendre mes esprits et m’a exhortée à remonter à la maison pour me changer. Je lui ai ensuite laissé mes papiers pour faire le constat d’accident.
-Hum. Tu devrais donc le revoir ce soir.
-C’est ça. Je vais le rejoindre à la poissonnerie pour récupérer mes papiers.
Merouane fronce les sourcils.
-Ne me dis pas que c’est encore ce poissonnier qui s’était garé derrière toi ?
-Eh bien, même si tu ne l’admets pas, c’était le cas. Je ne me suis rendu compte de cette réalité qu’une fois que les dégâts étaient là.
-De mieux en mieux.
-De mieux en mieux quoi ?
-Cela me paraît incroyable. Ce poissonnier revient trop dans nos conversations ces derniers temps.
-Quelle conversation. Tu n’as appris son existence que récemment.
-Et par tes bonnes grâces.
Elle hausse les épaules.
-Il n’y a vraiment pas de quoi en faire un plat.
-Si tu le dis. Cependant, ce monsieur fera mieux de disparaître de tes horizons.
Elle ne répondit pas. Ils étaient presque arrivés au quartier. Farida regarde autour d’elle et remarque que la poissonnerie était encore ouverte.
-Arrête-toi ici, Merouane.
-Ah ! Madame est arrivée à destination : la poissonnerie
-Il faudra bien que je récupère mes papiers. Je ne sais d’ailleurs pas ce que Mehdi a fait.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER