Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le poissonnier

78e partie

Résumé : Farida raconte son accident à son fiancé. Ce dernier est offusqué de constater qu’encore une fois le poissonnier revenait entre eux. Il est encore plus intrigué de voir que la jeune femme voulait descendre non loin de la poissonnerie, car elle voulait récupérer ses papiers.

 

Merouane arrête son véhicule.
-Si tu me laissais m’en occuper ? Ne serait-ce pas mieux pour nous deux ?
Elle hausse encore les épaules.
-Si tu le vois ainsi. Toutefois, Mehdi ne te connaît pas encore. Je doute fort qu’il...
Il lève la main.
-OK, j’ai compris. Tu peux descendre, Farida.
Elle le contemple un moment puis se met à rire.
-Je ne savais pas que tu étais aussi possessif.
-Je le suis, et j’en ai tous les droits.
Elle lui prend le bras.
-Pourquoi ne m’accompagnes-tu pas plutôt pour le remercier de m’avoir aidée ?
Il demeure interdit un moment, puis se reprend pour demander :
-Tu crois que c’est faisable ?
-Bien sûr. Et même que je lui ai dit que j’étais fiancée.
-Vous êtes proches à ce point.
-Non, nous ne sommes pas proches, nous sommes juste voisins. Allez, cesse de rechigner et suis-moi.
Il descend de mauvaise grâce de son véhicule et suit la jeune femme.
À la vue de cette dernière, Mehdi lève le bras.
-Ah ! Enfin tu es rentrée. Je ne voulais pas te déranger de la journée. Voilà, j’ai déjà fait le nécessaire auprès des assurances, et même déposé nos véhicules respectifs chez mon ami le tôlier. J’espère que j’ai bien fait.
Farida récupère ses papiers et ébauche un sourire.
-Tu as bien fait. Tu m’évites bien des tracas, Mehdi.
Elle se tourne vers Merouane qui suivait docilement la conversation et lance :
-Mehdi, je te présente mon fiancé, Merouane.
-Ah !
Il s’essuie machinalement la main sur son tablier et la tend.
-Enchanté, Merouane.
-Moi de même, Mehdi.
Ils se serrent la main puis Farida lance :
-Merouane, Mehdi nous livre
du poisson frais chaque jour. Si cela te dit.
Mais le jeune homme lève la main.
-Non, cela ne me dit rien. Je n’aime pas le poisson.
Farida lui jette un regard moqueur.
-Tu n’as pas besoin de faire cette tête. Moi aussi je n’aime pas trop le poisson, mais dans le cas où tu aimerais t’en approvisionner, Mehdi est tout indiqué.
Il hoche la tête.
-C’est bon, c’est noté.


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER