Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Portrait de famille

79e partie

©Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Pour retenir mon père auprès d’elle, Yasmina décide de le marier. Ce dernier consentira à prendre femme, à la seule condition que ce soit l’élue de son cœur. Le mariage est fixé pour les prochains jours.   

Mon père se maria l’été de la même année. Ma mère le rendit heureux. Douce et très affectueuse, elle gagna vite l’estime de toute la famille.
Mon arrière grand-mère Razika l’affectionnait particulièrement. Yasmina pouvait enfin respirer. Elle avait moins de charge sur les épaules et mon père vivait auprès d’elle. Que demander de plus ?
À l’instar de son mari, Razika avait fait de vieux os dans ce monde. Elle trépassera un jour de printemps, sans crier gare, et à quelques jours de ma naissance. Affectée par son décès, Yasmina ne cherchera pas loin pour m’octroyer le prénom de sa mère.
Elle qui avait tant rêvé d’élever une fille voit enfin son vœu s’exaucer. Elle me prit tout de suite sous son aile et décida de m’élever elle-même. Dans la même année, mon père reçoit son agrégation pour s’enrôler dans la marine.
Yasmina avait beau protesté, rien n’y fit. Mon père était décidé de braver la mer comme ses deux frères aînés. L’appel de cette dernière était bien plus fort que le reste. Malgré le grand amour qu’il portait à ma mère et son bonheur de m’avoir, il partit au petit matin d’un jour pluvieux rejoindre son équipage.
Et ce sera le début d’une longue
carrière.  
Ma grand-mère Yasmina s’occupera alors de la famille. Elle faisait elle-même les courses, nous accompagnait à l’école et passait son temps à aider ma mère dans l’entretien de la maison et l’éducation des enfants.
Mais j’étais la plus proche d’elle et j’évoluais sous son affection dans un univers de rêve. Des années durant, elle me couva de sa chaleur et de sa compréhension.
Elle vivra mes joies et mes peines, partagera mon enfance et mon adolescence et plus tard me soutiendra dans mes études et mes projets, et même dans mes chagrins sentimentaux.
J’étais un baume sur son cœur et elle l’était tout autant pour moi. Dès mes premiers pas, elle m’initia à la lecture et passait de longues heures à mon chevet à me lire des contes de fées et des récits de princes charmants et de princesses belles comme le jour.
Alors que je venais d’obtenir mon BEM (Brevet d’enseignement moyen) et de boucler mes 14 ans, elle me proposera un voyage en Europe. Répondant aux incessants appels de mon oncle Mohamed qui résidait en Belgique, nous  nous envolâmes ensemble à Bruxelles.
Mon oncle Farid était décédé quatre années auparavant. Mais pour ma grand-mère, Farid était mort bien avant. La dernière fois où elle l’avait revu remontait à plus de seize ans.
Farid s’était installé à Rome avec sa femme et ses deux filles. Au début, il donnait de temps à autre de ses nouvelles. Puis ce sera le long silence. Mon oncle Mohamed, qui était très attaché à lui, le voyait de temps à autre lors de ses escales dans certaines villes.
Ces rencontres brèves se raréfièrent au fil du temps. Farid se retire définitivement en Italie à la fin d’une riche carrière dans la navigation. Mohamed qui ne s’entendait pas très bien avec Maria, lui rendit visite à deux reprises, puis finit par battre en retraite. Farid n’avait plus aucune autorité sur sa famille et depuis que ses deux filles s’étaient mariées, il comprit qu’il avait raté sa vie. Maria n’était plus cette femme aimante qu’il avait connue. Elle avait renoué avec les siens et sa famille le considérait comme un intrus, faisant fi de sa paternité et de son mariage avec leur fille.
Mohamed lui avait, à maintes reprises, suggéré de rentrer au pays où il aurait pu refaire sa vie et vivre auprès de sa famille. Mais Farid ne voulait pas vivre loin de ses filles qu’il aimait par-dessus tout. Ces dernières ne jugèrent même pas opportun d’informer leur grand-mère lors de son décès. Et Yasmina n’apprendra la nouvelle que grâce à une relation de mon père.
Bien sûr, elle l’avait amèrement pleuré et avait même tenté de persuader ses deux filles pour le  rapatriement du corps. Mais ces dernières refusèrent, arguant du fait que leur père reposait dans le caveau familial et qu’elles n’avaient nulle intention de renouer avec la famille du bled.  C’était le point final pour mon oncle Farid, que je n’ai connu qu’à travers quelques photos. Le bel homme au sourire jovial et au regard malicieux était l’un des commandants de bord les plus prestigieux de son époque.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER