Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Récit de Yasmina Hanane

Le psychopathe

79e partie

©Dessin/ALi Kebir

Résumé : Mourad oblige Anissa à prendre la route sous sa direction et s’installe à l’arrière avec le petit Rafik. La jeune femme tente de trouver un terrain d’entente, en vain. Mourad constate qu’elle aime ses enfants.

Il se rebiffe.
-Et moi ? Que fais-tu donc de moi, qui voulais récupérer ma fille ?
-Écoute, Mourad...
-Tais-toi !
Elle se tait, et il se cale à son siège. Un silence plane entre eux. Au bout de quelques minutes, il se penche et lui indique un sentier à prendre.
-Tu passes par là, ensuite tu bifurques sur la gauche.
-Je ne connais pas ce chemin.
-Eh bien, raison de plus pour le découvrir.
Elle sent son cœur cogner dans sa poitrine.
-Où nous emmènes-tu ?
-Tu le sauras au moment opportun.
Soudain, elle se rend compte qu’elle a déjà remarqué Mourad dans le quartier. Cependant, comme il portait une longue barbe et s’était rasé le crâne, elle ne l’avait tout simplement pas reconnu ! Avec cet accoutrement, il avait même dû échapper à la vigilance de la police. Et ce matin, ayant remarqué qu’elle était seule avec son fils, il n’avait fait que la suivre. Comment ? Par quel moyen ? Elle ne pouvait le savoir.
-Pourquoi ralentis-tu ?
-Je ne connais pas la route, Mourad. Je dois être
prudente.
Il remet le couteau sur son cou.
-Tu veux attirer l’attention sur nous. C’est ça, hein ? Je t’apprends que cette route est déserte. Elle est, la plupart du temps, un relais pour les dealers et les repris de justice comme moi.
Elle déglutit.
-Mourad, j’ai un enfant malade avec moi. Je vais te remettre mon argent, mes papiers et même le véhicule si tu veux, mais je dois acheter des médicaments pour Rafik avant de l’accompagner à la crèche, ensuite je te suivrai où tu voudras.
-Il n’est pas question que tu retournes en ville.
Il retire son couteau et se laisse aller contre le siège, avant de lancer d’une voix autoritaire :
-Tu vois. Si tu m’avais écouté, nous n’en serions pas là. Tout ce qui arrive est de ta faute.
Elle reprend son souffle et, les mains crispées sur le volant, demande :
-Et maintenant, que vas-tu faire ? Nous tuer, mon fils et moi ?

(À SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER